Renesas : pas de repreneur, le site de Rennes va fermer

Dimanche 24 novembre 2013, par lohann // Renesas

Les salariés de Renesas à Rennes attendent désormais leur lettre de licenciement. La dernière réunion du plan de sauvegarde de l’emploi a eu lieu vendredi. Les syndicats ont donné un avis négatif, ils estiment que le groupe japonais est en bonne santé et qu’il aurait pu éviter ces licenciements.

"On n’espère plus grand chose, ni du groupe, ni des politiques que l’on a appelé au secours et qui nous ont vite oubliés". Gilles Ronco est amer. Le délégué CGT du site Renesas de Rennes attend toujours une date pour une table ronde promise par le préfet de Bretagne, lors d’un entretien. Aujourd’hui, l’heure n’est plus aux négociations, ni à la recherche de solutions pour le site. Les salariés rennais de Renesas attendent leur lettre de licenciement, elles devraient arriver d’ici à quelques semaines. Le site, lui devrait fermer d’ici quelques mois, selon Gilles Ronco. Il explique que certains salariés envisagent de se lancer dans la création d’entreprise dans le domaine technologique, mais "beaucoup vont devoir déménager, le bassin rennais ne pourra jamais absorber tant d’ingénieurs [Ndlr 290 avec les salariés d’Alcatel]".

Diviser par deux ses usines japonaises
Pour le délégué syndical, les raisons invoquées par le groupe japonais pour fermer le site de Rennes restent "fallacieuses". Il explique que Renesas s’est désendetté, en vendant sa branche mobile à Broadcom en septembre dernier et qu’il aurait pu réintégrer sa filiale française. 170 ingénieurs vont être licenciés à Rennes, seul site de Renesas en France. Le premier fabricant nippon de puces micro-contrôleurs a annoncé fin octobre une nouvelle perte nette au premier semestre 2013-2014 mais, ayant recouvré des marges opérationnelles, il pense être bénéficiaire d’ici à la fin l’année. Dans le cadre de son plan de restructuration, Renesas envisage de diviser par deux le nombre de ses usines japonaises en l’espace de trois ans.

Le 20 Novembre 2013 - France 3 Bretagne

Répondre à cet article