Accord syndical conclu pour les Michelin de Joué-les-Tours

Lundi 18 novembre 2013, par lohann // Michelin

Le texte officialise la fin du conflit social entre les salariés et la direction, mais 706 emplois seront supprimés.

Un accord scellant la fin du conflit social à l’usine Michelin de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) a été conclu entre la direction et les syndicats, a-t-on appris lundi auprès de la direction et d’Olivier Coutant, secrétaire (SUD) du comité d’entreprise.

De sources syndicales il est précisé que cet accord a été approuvé par 85% des salariés lors de votes en assemblées générales. « Même si on ne peut pas se réjouir de la perte de 706 emplois, le soulagement prévaut parmi les ouvriers, qui vont pouvoir se tourner vers l’avenir », témoigne Olivier Coutant.

Cet accord doit être signé en comité central d’entreprise le 27 novembre et les premiers départs pourraient avoir lieu en février ou mars prochain. Par la voix d’une porte-parole, la direction de Michelin estime que « cet accord propose le meilleur accompagnement possible. Il offre une situation durable à chaque salarié ».

En prenant en compte le dernier comptage du personnel, soit 906 salariés au 1er novembre, ce plan prévoit la suppression de 706 postes. « La direction garantit le maintien de 200 postes au calendrage et à la production de membranes jusqu’en 2019, au lieu de 2016 comme elle le proposait initialement », assure Olivier Coutant.

Entre 424 et 454 personnes pourront bénéficier des mesures d’âge, c’est-à-dire de départs anticipés en retraite. Sur cette catégorie, Michelin a accepté d’intégrer des salariés âgés de 54 ans sous conditions (carrières longues, travailleur handicapé). Reste plus de 250 personnes à qui la direction promet deux postes sur l’un des 14 sites industriels de Michelin en France, ainsi que diverses mesures d’accompagnement comme l’aide à la recherche d’un emploi pour le conjoint.

Cet accord conclut trois mois de négociations émaillés par plusieurs grèves et un blocus de l’usine entre le 8 et le 21 octobre. Michelin avait annoncé en juin dernier l’arrêt de la production de pneus poids lourds à Joué-lès-Tours et le transfert de cette activité à La Roche-sur-Yon (Vendée).

Le 18 Novembre 2013 - Libération

Répondre à cet article