La Poste : les syndicats dénoncent des fermetures de centres de tri

Lundi 18 novembre 2013, par lohann // La Poste

Les syndicats de La Poste ont dénoncé lundi les fermetures de centres de tri du courrier programmées par la direction de l’entreprise, appelant les agents à une journée de grève et de mobilisation le 12 décembre.

Dans un communiqué titré « arrêtons la casse des centres de tri et des emplois », sept organisations syndicales (CGT, SUD, FO, CFDT, CFE-CGC, Unsa et CFTC) affirment que « la stratégie de La Poste (....) conduit à fermer des centres et à menacer de suppression plus de 2.000 emplois ».

« Cette stratégie nous emmène dans le mur », écrivent les organisations syndicales, réclamant « une négociation nationale et loyale » portant notamment sur le réseau de traitement du courrier.

Elles appellent le personnel des plateformes industrielles courrier (PIC) et des centre de tri de courrier (CTC) « à une journée de grève et de mobilisation le jeudi 12 décembre », à une dizaine de jours des fêtes de fin d’année.

Selon Gaëlle Differ (SUD), « 12 PIC doivent fermer d’ici 2015 », sur un peu plus de 40, dont celles de Bobigny, Orly, Saint-Etienne ou encore Amiens. Elle rappelle qu’il y en avait « une centaine » en 2004.

Les syndicats réclament, dit-elle, « l’arrêt de la fermeture » de ces centres de tri et « des discussions avec la direction » qui « refuse de présenter son plan pour les années à venir, ce qui est dramatique ».

La Poste, qui emploie quelque 240.000 personnes, souligne de son côté auprès de l’AFP que son « réseau industriel évolue pour s’adapter aux attentes (des) clients, aux nouveaux produits, aux nouveaux modes de transport et à la baisse du nombre de plis » en chute de 6% en 2013 et de 23% au total depuis 2008.

La direction souligne qu’elle investit chaque année « plusieurs dizaines de millions d’euros pour moderniser le traitement du courrier », précisant qu’elle vient notamment d’inaugurer deux nouvelles plateformes dans l’ouest et s’apprête à en construire une autre en Picardie.

« Dans le cadre de cette adaptation permanente, d’autres plates-formes sont amenées à être transformées », reconnaît La Poste. Les projets de déménagement, changement ou transfert d’activité, sont annoncés au moins 18 mois avant leur réalisation, précise la direction. Et « il n’y a bien évidemment aucun licenciement ».

Le 18 Novembre 2013 - 20 Minutes

Répondre à cet article