Alstom : une centaine d’emplois supprimés en France

Mercredi 13 novembre 2013, par lohann // Alstom

Le patron d’Alstom, Patrick Kron, a confirmé mercredi 13 novembre qu’une centaine d’emplois seraient supprimés en France sur les quelque 1 300 suppression d’emploi prévues dans le plan de restructuration du groupe industriel français dans le monde.

Les coupes dans les effectifs, que le groupe justifie par une nécessité d’accroître ses économies dans un contexte de croissance faible, concernent l’activité des centrales électriques (thermal power), ainsi que les services administratifs et informatiques.

"Dans le premier volet, nous n’avons pas d’activité dans les domaines concernés en France, donc il n’y aura pas de réduction d’emplois en France", alors que l’Allemagne sera davantage touchée, a expliqué le PDG, interrogé sur BFM Business. Dans les services centraux, en revanche, "il y aura des réductions d’emplois dans un certain nombre de pays européens, dont la France. Une centaine d’emplois, si on veut être précis pour la France, sur les 1 300 concernés", a-t-il ajouté. Alstom emploie au total 93 000 personnes, dont 18 000 en France et 9 000 en Allemagne.

Lors de l’annonce du plan d’économies, le 6 novembre, le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg avait assuré qu’il n’y aurait "pas d’impact en France", l’entreprise indiquant pour sa part qu’il serait "minime". Le ministre avait précisé par la suite que la restructuration concernerait "80 personnes sur trois ans" en France, essentiellement des informaticiens.

Afin d’accroître sa marge de manœuvre financière et sa "mobilité stratégique", Alstom a aussi lancé un nouveau plan de cessions, avec la vente envisagée d’une participation minoritaire dans sa branche emblématique de la construction ferroviaire. Le groupe privilégie la vente à un partenaire industriel ou financier, sans exclure une cotation en Bourse d’Alstom Transport, dont il souhaite toutefois garder le contrôle.

Le 13 Novembre 2013 - Le Monde

Répondre à cet article