Air France annonce 2 800 nouvelles suppressions de poste

Mercredi 18 septembre 2013, par lohann // Air France

La direction d’Air France a chiffré à 2 800 personnes le sureffectif de la compagnie en 2014 et la compagnie aérienne va mettre en oeuvre un plan de départs volontaires (PDV) à cette hauteur. Cette annonce, qui était attendue, a été faite aujourd’hui aux représentants du personnel réunis à Paris, en CCE. Les détails des suppressions de postes, site par site, seront développés le 4 octobre prochain lors d’un second CCE, et les PDV y « feront l’objet d’un dialogue avec les représentants du personnel et syndicaux » a indiqué le PDG d’Air France, Frédéric Gagey, à la presse.

Ces départs s’inscrivent dans le cadre du plan Transform 2015, axé sur une réduction drastique des coûts. Lancé en 2012, ce plan était censé ramener la compagnie à l’équilibre. Mais, comme l’a confirmé mercredi la compagnie, le groupe devrait connaître en 2013, sa sixième année consécutive de pertes.

Un premier plan de départs volontaires, de 5122 postes, débuté en 2013, est en fin d’exécution. Le second plan de 2800 postes annoncé mercredi devrait porter les effectifs du groupe, filiales comprises, à 98 000 personnes, contre 106 000 au début de 2012. Frédéric Gagey a réitéré l’engagement de la compagnie de ne procéder à aucun départ contraint : « C’est un engagement que nous avons pris jusqu’en fin 2014 et il est maintenu ». Et il a cherché à rassurer : « C’est le complément final du plan Transform 2015 ». Bref, il n’y aura pas de troisième PDV.

La compagnie souffre d’un défaut récurrent de compétitivité, surtout sur ses moyen-courriers. La crise qui continue de secouer le secteur pèse aussi sur ses comptes. « Nous avons largement évoqué le coût des escales [avec les représentants du personnel] et nous sommes largement décalés [par rapport à la concurrence] », a expliqué Gagey, à mi-CCE. « Nos résultats sont tellement déplorables qu’on ne peut pas se les cacher. Il va falloir se mettre raisonnablement en ligne avec le marché ». Une autre discussion va devoir se dérouler autour « de la meilleure adéquation des personnels à la charge effective ».

Sur le terrain, cette recherche d’économie va se traduire par une diminution des fréquences depuis Paris-Orly vers la province, et aussi un allègement du programme d’hiver sur les liaisons les plus touristiques, pour coller davantage au trafic. Par ailleurs, Transavia, la compagnie low-cost du groupe KLM Air France, va monter en régime sur les liaisons Orly-Europe. Sa flotte, de 11 appareils cette année, devrait passer à 16 l’an prochain, 22 en 2015 et autour d’une trentaine en 2016. Dans cette révision du programme, les bases de province, notamment à Marseille, devraient se trouver en sureffectifs. Alors qu’Air France avait du faire preuve de pédagogie pour inviter ses équipages à se baser à Marseille, Nice ou Toulouse, afin d’économiser sur les prises de service, la compagnie a avoué hier qu’elle « allait se rapprocher des équipages pour leur demander s’ils sont d’accord pour remonter à Paris ».

Le premier plan de départs volontaires de 5122 postes a coûté « autour de 350 millions d’euros », a chiffré la compagnie. Et le second de 2800 postes pourrait se situer entre 150 et 200 millions, mais vraisemblablement « plus près de 200 millions ». La compagnie a indiqué aussi qu’elle allait recourir davantage à la sous-traitance sur ses escales françaises. Les objectifs, escale par escale, seront précisées au CCE du 4 octobre. Frédéric Gagey a par ailleurs confirmé la « sortie accélérée de la flotte à l’horizon 2015 » des gros porteurs Boeing 747, avions jugés peu efficaces car très gourmands en carburant.

Au terme de Transform 2015, Air France chiffre à 2 milliards d’euros en année pleine la réduction de ses coûts : « Plus exactement, ce sont les coûts évités », a précisé Alexandre de Juniac, le PDG du groupe Air France KLM. A lui tout seul, le second volet de Transform 2015, présenté ce jour, devrait alléger les charges de 450 millions d’euros. Presqu’un demi-milliard d’euros ...

Le 18 Septembre 2013 - Libération

Répondre à cet article