Débrayage à l’usine PSA de Sochaux & Blocage des entrées et débrayageà l’usine PSA de Vesoul

Mardi 17 septembre 2013, par lohann // PSA

Débrayage à l’usine PSA de Sochaux

Deux-cent vingt salariés de l’usine PSA Peugeot-Citroën de Sochaux (Doubs) ont participé vendredi dernier à un débrayage d’une heure à l’appel de la CGT, a-t-on appris auprès du syndicat.

Ce mouvement fait suite à d’autres arrêts de travail déclenchés ces derniers jours dans différentes usines du groupe en France pour protester contre les propositions faites par la direction dans le cadre des négociations sur un nouveau "contrat social".

"Un contrat qui prévoit mobilité forcée, flexibilité aggravée, gel des salaires sur plusieurs années", a déclaré Mark Spirkel, secrétaire de la CGT à Sochaux, dans un message adressé à la presse.

Le 13 Septembre 2013 - Les Echos

Blocage des entrées et débrayage à l’usine PSA de Vesoul

La renégociation du contrat social du groupe PSA Peugeot Citroën est à l’origine du débrayage spontané d’ouvriers à partir de 7 heures jeudi dernier. Un tract de la CGT faisant le point sur les négociations a provoqué la colère d’ouvriers qui ont décidé de bloquer les deux entrées de l’usine de Vesoul. Les portes ont été libérées dans l’après-midi.
La veille se tenait à Paris la 10e réunion de négociation du nouveau contrat social chez PSA. Les salariés à l’origine de ce débrayage craignent que ce nouveau contrat social favorise le développement de la précarité. D’après la CGT, les dernières négociations remettraient en cause la rémunération actuelle des heures supplémentaires, de la prime d’ancienneté ou encore le financement des départs en retraite. "La direction renonce à la suppression de la prime de rentrée (187,20 €) et à la baisse de 18 à 15 % de la majoration de nuit et la direction maintient le gel de salaire pour les prochaines années, qui se traduira par la baisse du pouvoir d’achat des salariés." écrit la CGT dans son tract.

Mardi dernier, une grève d’une heure avait été suivie par près de 250 salariés de PSA Valenciennes. Jeudi dernier, se sont 500 salariés de PSA qui ont débrayé à Mulhouse et la veille mais cette fois-ci dans le Nord Franche-Comté, 8 000 salariés de Sochaux, étaient invités à une journée consacrée au lancement de la nouvelle 308. Certains d’entre eux, ont profité de cette occasion pour siffler l’intervention du directeur du site de Sochaux et exprimer ainsi leur mécontentement à propos des dernières propositions de la direction pour la renégociation du contrat social.

Le 13 septembre 2013 - France 3 Franche Comté

Répondre à cet article