Goss France (rotatives d’imprimerie) placé en redressement judiciaire

Mercredi 3 avril 2013, par lohann // Goss

La filiale française du groupe sino-américain spécialisé dans les rotatives d’imprimerie, en cessation de paiement, ferait l’objet d’une forte restructuration.

C’est un véritable coup de tonnerre qui vient de secouer le secteur français des industries graphiques et de l’imprimerie.

Goss France, la filiale française du constructeur américain de rotatives d’imprimerie Goss International (Shanghaï Electric), en cessation de paiements, a déposé une demande de mise en redressement judiciaire qui sera étudiée demain matin à 11h00, par le Tribunal de Commerce de Compiègne.

Selon nos information, un plan de restructuration aurait été présenté aux salariés de l’entreprise, qui prévoierait la suppression de 160 postes sur les 420 que compte la filiale au travers de ses deux sites industriels français.

Comptant parmi les leaders mondiaux des rotatives d’imprimerie, Goss International dispose en effet de deux usines dans l’Hexagone, l’une à Nantes, qui au fil des restructurations s’est spécialisée dans la recherche et le développement, et l’autre à Montataire qui est une usine de montage de rotatives.

Certains salariés français de Goss redoutent un scénario noir, avec à la clé la fermeture pure et simple des deux sites, redoutant in fine que l’actionnaire ne transfère à terme leur activité en Chine, après avoir acquis le savoir-faire des sites hexagonaux.

Confronté à la crise du secteur de la presse, Goss connaît une situation difficile en Europe mais affiche toutefois de grandes ambitions en Asie, marché en plein développement ou le média papier n’est de surcroît pas l’objet de dénigrements injustifiés comme c’est le cas en France.

Notons que la société a présenté lors de la dernière Drupa une rotative dédiée au secteur de l’emballage, secteur particulièrement dynamique, sur lequel elle fonde de nombreux espoirs.

Le 2 Avril 2013 - Graphiline

Répondre à cet article