Citroën : meeting de protestation contre les licenciements réussi

Mercredi 6 février 2013, par thomas // PSA

Mardi 5 janvier 2013 les chaînes de production sont restées totalement à l’arrêt comme la veille. Deux des 6 grévistes menacés de licenciements (un de plus en effet annoncé aujourd’hui) ont eu leur entretien préalable. L’un ce matin où plus de 300 grévistes l’ont accompagné. L’autre l’après-midi après le meeting tenu non sur le parking de la boîte, PSA l’a interdit, mais sur les rues devant ce parking.



Comme prévu les représentants de partis de gauche ou d’extrême-gauche  : PCF, PG, LO, NPA dont Olivier Besancenot, Nathalie Arthaud ou Pierre Laurent et Marie-Georges Buffet, des représentants des directions syndicales CFDT, CGT et Sud (Annick Coupé), des maires ou députés-maires du 93, ont apporté leur soutien à la lutte des PSA et à celle des 6 menacés de licenciement immédiat. Mais aussi une dizaine de délégations d’entreprises de la région parisienne (Renault Lardy ou Guyancourt, Flins, Virgin, Air France) plusieurs sous-traitants dont Faurecia, Virgin) ou de plus loin (Goodyear Amiens) voire de sites fermés aujourd’hui (Continental ou Michelin Châlons). Seulement des délégations, donc quelques centaines de syndicalistes et travailleurs, et quelques 700-800 personnes en tout sans doute. Un thème est revenu dans pratiquement toutes les prises de parole, à côté de la dénonciation de la répression patronale, celui de la nécessité de la convergence des luttes.



Demain mercredi les grévistes de Citroën entrent dans leur 22e jour de grève ; dans quelques jours un accord menace tout Renault de plus de 8 000 suppressions de postes et d’une dégradation drastique des conditions de travail et de salaire ; partout dans tout le pays des centaines d’entreprises, petites et moyennes, sont menacées de fermeture ou de licenciements ; le couperet est de plus en plus près de tomber sur Pétroplus et sans doute aussi sur des dizaines d’autres boîtes moins connues : le rassemblement de tous est bien la question qui se pose.



Et pour cela il faut apporter à ceux qui sont en grève aujourd’hui, Citroën ou d’autres, tout le soutien possible (financier et politique). Mais il faut surtout prendre contact avec le comité de grève pour examiner, et vite, comment cette convergence dont beaucoup parlent, peut être mise sur pied.



Aulnay-sous-bois le mardi 4 février 2013

Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs






Soutien financier : pour ceux qui n’ont pas le moyen de remettre directement au comité de grève (ce qui est le mieux) le produit d’une collecte dans leur boîte ou ailleurs :



Chèque à l’ordre de l’association SOUTIEN AUX SALARIES DE L’AUTOMOBILE DU 93.

Adresse où adresser le chèque : 24, avenue Romain Rolland, 93150 LE BLANC-MESNIL



Ou virer directement : Caisse d’Epargne

c/Etabl. : 17515, c/guichet : 00092, n/compte : 08000714186, c/rib : 65

Répondre à cet article