Citroën : une tension un peu retombée en ce début de semaine

Lundi 4 février 2013, par thomas // PSA

Ce lundi 4 janvier, contrairement à ce que tous appréhendaient, la tension entre grévistes d’un côté et cadres et non grévistes de l’autre a notablement baissé. Les raisons sont sans doute diverses : volonté du comité de grève et de la CGT d’éviter les incidents qui pourraient nuire à la poursuite du mouvement et de convaincre tous les grévistes de cette nécessité, volonté de certains grévistes eux-mêmes de s’adresser aux non-grévistes pour les gagner à leur cause.



Déjà vendredi dernier dans quelques secteurs des grévistes avaient organisé dans l’usines des discussions autour d’un thé avec intérimaires, dont certains ont déjà débrayé à plusieurs reprises, et non grévistes, ce qui est sans doute finalement plus payant que de les bombarder d’œufs, voire de boulons. Le plus notable cependant ce sont sans doute les gestes de la direction : une bonne partie des cadres venus des autres sites PSA ont disparu et avec eux la colère devant cette mobilisation et provocation antigréviste.



Résultats en tout cas les AG ont été aussi importantes que les plus importantes de la semaine précédente, quelques travailleurs non en grève jusque là l’ont rejoint, et semble-t-il de plus en plus de non-grévistes se mettent en maladie, geste indiquant au moins une peur de se retrouver entre le marteau et l’enclume alors qu’ils refusent de jouer les jaunes. Tout cela a donc abouti à ce qu’aucune production ne sorte ce lundi.



Comité de grève et grévistes présents ont donc pu préparer dans le calme le meeting de demain mardi qui se tiendra aux alentours de 14 heurs sur le parking de l’usine (Bd André Citroën, 93600 Aulnay-sous-Bois) avec des représentants des confédérations syndicales et des partis de gauche et d’extrême gauche. Sont annoncés Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon.



L’après-midi des équipes de grévistes ont diffusé l’appel au meeting à Aulnay et dans le 93. Ils espèrent que habitants et salariés des autres entreprises viendront les soutenir dans leurs protestations contre les mesures répressives de la direction (un cinquième gréviste est maintenant menacé de licenciement et les convocations à la sureté territoriale continuent).



Aulnay-sous-bois le 4 février 2013

Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Répondre à cet article