Plan social chez Carrier : 50 emplois supprimés

Jeudi 31 janvier 2013, par lohann // Carrier

Un plan de sauvegarde de l’emploi vient d’être annoncé par la direction de Carrier. Avec le licenciement de près d’un tiers du personnel…

Depuis plusieurs mois, les 165 salariés de chez Carrier Romorantin craignaient l’annonce d’un plan social. La mauvaise nouvelle est tombée, mercredi, lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. « Un plan de sauvegarde de l’emploi a été enclenché par la direction avec 50 licenciements à la clé », déplore Victor Mendes-Soares, secrétaire du comité d’entreprise. Conséquence : la quasi-totalité du personnel a observé un débrayage de deux heures, hier matin, afin de dire non à la suppression de près d’un tiers de l’effectif.

Aucun projet de fermeture de l’usine selon la direction

L’entreprise, qui fabrique des vitrines réfrigérées pour la grande distribution a vu son carnet de commandes s’amenuiser en 2012. « Les 86 salariés de la chaîne de production ont subi près de 20.000 heures de chômage partiel. En janvier, ils n’ont travaillé que deux jours par semaine », constate avec amertume Jean-Luc Désiré, secrétaire du CE adjoint.
Pour les représentants du personnel, « le groupe a perdu des parts de marché car on produit ici des vitrines réfrigérées vieillissantes. La nouvelle gamme de produits n’est pas produite à Romorantin, mais en République tchèque ». L’inquiétude des salariés, dont la moyenne d’âge est de 45 ans, est d’autant plus vive qu’il y a deux ans, le groupe américain UTC, propriétaire de Carrier, a fermé ses usines italiennes. Et que les 15 départs volontaires en 2010 n’ont servi à rien…
« Nous ne savons même pas si ce plan social permettra de sauver l’usine de Romorantin. Nous voulons des garanties pour l’avenir avec la mise en route de nouveaux projets de vitrines réfrigérées », souligne Lionel Cachet, trésorier du comité d’entreprise.
D’emblée, Thomas Drosten, directeur du site depuis mars 2012, veut rassurer le personnel. « Le P-DG du groupe Ian Griffiths, m’a assuré que Romorantin est un site stratégique au sein de Carrier. Qu’il n’était donc pas menacé de fermeture. Il faut simplement adapter la taille de l’usine à notre carnet de commandes. » Une baisse d’activités que le responsable explique par la crise économique qui frappe durement la grande distribution française, qui représente 82 % du chiffre d’affaires de l’usine.
De nouvelles activités doivent être développées. « Notre bureau d’études a conçu une porte réfrigérée double vitrage, le meuble le plus performant du marché », soutient Thomas Drosten. Une presse d’injection a également été rapatriée de République tchèque afin de lancer un nouveau produit réservé à l’export.
Jeanny Lorgeoux, le sénateur-maire, suit ce dossier avec inquiétude. « Début février, j’aurai un entretien avec la direction européenne. Afin de connaître la stratégie industrielle du groupe Carrier à Romorantin. »

Le 30 Janvier 2012 - La Nouvelle République

Répondre à cet article