Citroën : aujourd’hui Virgin, demain Renault-Cléon

Mercredi 30 janvier 2013, par thomas // PSA

Ce mardi 29 janvier a été pour les grévistes une journée de rencontres avec d’autres entreprises mobilisées contre les suppressions d’emplois qui manifestaient dans Paris. Après s’être rassemblés devant le siège de PSA, où avait lieu les négociations, et accompagnés des Sanofi ainsi que des Candia, ils ont rejoints les Virgin, toujours sur les Champs-Elysées. L’ambiance chez les Citroën, qui avait monté d’un cran dès l’AG du matin où ils avaient appris que la restructuration proposée par PSA avait été retoquée par la cour d’appel de Paris, s’est réchauffée à chaque rencontre avec une nouvelle boîte. Et c’est une partie au moins des PSA, Virgin, Candia et Sanofi rassemblés le matin qui s’est rendue à la rencontre des travailleurs d’autres entreprises qui s’étaient donnés rendez-vous, eux, l’après-midi devant le ministère du travail.

Ce dernier n’a pas été atteint, sauf par une petite délégation, les gendarmes mobiles barrant son accès. Cela n’a pas empêché le succès de cette journée, qui prouve une nouvelle fois, après le meeting commun des PSA d’Aulnay et des Renault de Flins la semaine dernière, que la convergence des travailleurs mobilisés, difficile certes, n’est pas impossible. Simplement il faudra songer les prochaines fois à organiser non pas des convergences mais la convergence. Pour être tous ensemble, il vaut mieux quand même prévoir d’y être au même point de rassemblement ou de manifestation.

Continuant donc sur leur lancée, les Citroën se rendent demain à Renault Cléon, près de Rouen, qui sera en grève mercredi (les autres sites Renault l’étaient aujourd’hui). Une rencontre qui devrait servir à rappeler que si l’offensive patronale actuelle peut prendre des formes différentes (fermeture et licenciements chez PSA, accords de compétitivité chez Renault), elle ne peut aboutir qu’à une exploitation accrue de tous (chômage pour les uns, conditions de vie et de travail très dégradées pour les autres).

Unir mobilisations et luttes est donc de l’intérêt de tous. La grève à PSA (deux semaines demain) a besoin du soutien de tous ; tous ont intérêt à lier leur sort à celui de PSA. Et tous ont intérêt à établir le contact avec les autres entreprises et les autres secteurs... et à le rechercher systématiquement. La journée qui a vu dans la rue des dizaines de travailleurs de la chimie à l’automobile, en passant par l’agro-alimentaire et d’autres a été un petit pas dans ce sens.

La grève à Citroën continue. Mais Peugeot continue aussi son combat : par les pressions de toutes sortes, y compris financières, sur les grévistes pour qu’ils reprennent le travail ; déjà la direction de PSA conteste que l’arrêt de la cour d’appel, pour vice de forme, l’oblige à repousser le PSE à Citroën, prévu à la fin février ; et rappelons que cinq grévistes sont menacés de licenciement avec mise à pied conservatoire, histoire de tenir hors de l’usine cinq militants de la grève dont plusieurs syndicalistes.

Aulnay-sous-bois mardi 29 janvier 2013
Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Répondre à cet article