Citroën : fin du lockout et épreuve de force

Dimanche 27 janvier 2013, par thomas // PSA

Vendredi 25 janvier les grévistes en allant à la rencontre des usagers des trains de banlieue à la gare Paris-Nord puis des travailleurs de la Snecma à Gennevilliers 92 ont constaté combien leur grève recueillait de sympathie. Les résultats des collectes en sont d’ailleurs la traduction concrète.



La préoccupation est maintenant la réouverture de l’usine ce lundi matin 28 janvier. La direction, manquant peut-être d’un nouveau prétexte pour maintenir le lockout (pardon le « chômage technique ») qui dure maintenant depuis 10 jours (vendredi 18 après-midi) a décidé de rappeler les salariés ce lundi matin. Elle a décidé aussi de muscler son accueil : appel à de nombreux cadres des autres sites PSA, doublement des vigiles. Une équipe de quelques dizaines d’entre eux d’une entreprise de sécurité est déjà en permanence depuis des mois à Aulnay. Et notons que l’entreprise en question, qui a pour nom Praetorian Trajan, appartient au frère du chef de la Sécurité à Citroën. On a l’esprit de famille dans les hauts cadres de PSA.



De toute évidence la direction se prépare ce lundi matin à exercer le maximum de pression sur les grévistes. Tenant compte du passé d’une usine comme Citroën qui pendant longtemps a entravé systématiquement l’existence des syndicats ouvriers, jusqu’à ce qu’une grande grève dans les années 80, les impose, la rumeur des préparatifs actuels de la direction... a toutes chances d’être plus qu’une rumeur.



Les grévistes doivent évidemment compter sur leur propre force et leur détermination. Mais le soutien des salariés de l’automobile comme d’autres secteurs prend maintenant toute son importance. Déjà des syndicats de Renault, Guyancourt ou Cléon par exemple, le leur ont apporté, exprimant explicitement leur volonté d’organiser une lutte commune. Plus cela se reproduira, mieux ce sera, non seulement pour ce retour à l’intérieur de l’entreprise mais aussi pour mettre sur pied des convergences comme celle de jeudi dernier à Flins où s’étaient rendus les Citroën.




Collectif contre les patrons voyous

Aulnay-sous bois, samedi 26 janvier 2013

Répondre à cet article