Citroën-Aulnay : la direction prolonge le lockout

Mercredi 23 janvier 2013, par thomas // PSA

Les grévistes (comme tous les travailleurs) ont appris à 10 heures mardi 22 janvier que, contrairement à ce qu’avait annoncé la direction la veille, l’usine ne rouvrirait pas cette après-midi (ni non plus demain mercredi). Le prétexte est un « gros problème technique » qui impose la mise en chômage partiel de tous. En clair le lockout continue.




Ce tardif changement de programme a eu au moins le désavantage d’empêcher certains grévistes, pris un peu à contre-pied par les virevoltes de la direction, de se joindre à la manif parisienne des enseignants pour se contenter d’aller visiter les deux plus gros concessionnaires Citroën et Peugeot d’Aulnay. L’après-midi ils ont bloqué le péage de Senlis et récupéré de l’argent auprès des automobilistes. Accueil sympa par ces derniers... et par les flics (mais ceux-ci n’ont tout de même pas participé à la collecte).




Par ailleurs AG, comité de grève et commissions ont continué à planifier les activités des prochains jours pour tenter de multiplier les contacts avec d’autres salariés : déplacement à Flins où sont organisés comme dans tout Renault des débrayages demain mercredi, participation à un meeting organisé à Science Po avec des syndicalistes de Sanofi, Renault, Virgin et d’autres, jeudi dans la soirée, et première prise de contact avec quelques entreprises plus ou moins mobilisées, mais menacées comme Citroën. A noter aussi que les premiers communiqués et témoignages de solidarité et de soutien sont parvenus dont celui de la CGT de Renault Guyancourt.



Des tout petits et premiers pas vers la liaison Citroën-salariés des autres boîtes et la convergence des luttes, qu’il s’agit d’amplifier. Le boulot de tous les partisans de cette convergence est de favoriser par tous les moyens le développement de cette liaison.



Aulnay-sous-bois mardi 22 janvier 2013

Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Répondre à cet article