Troisième journée de grève à Citroën-Aulnay

Lundi 21 janvier 2013, par thomas // PSA

Vendredi 18 janvier, 170 grévistes d’Aulnay se sont rendus en car à l’usine de PSA Saint-Ouen. Ils ont réussi à rentrer par là où la direction ne les attendait pas : un trou dans un mur de l’usine.



Rejoints par une trentaine de salariés de Saint-Ouen les grévistes ont défilé en scandant « Aulnay, Saint-Ouen, même combat ! ». Les chefs de l’usine avaient fait arrêter la production et rassemblé les salariés dans les aires de repos de chaque secteur. Les grévistes sont donc allés dans chacune de ces aires de repos et ont pris la parole pour s’adresser aux salariés de Saint-Ouen qui sont eux-mêmes sous le coup de suppressions de postes (65 annoncés en janvier). Quelques-uns ont aussi rappelé les menaces qui touchent désormais l’ensemble des travailleurs avec les « accords sur l’emploi ».



L’accueil des ouvriers de Saint-Ouen était sympathique et chaleureux, certains, mutés d’Aulnay à Saint-Ouen, retrouvaient non sans cacher leur joie leurs anciens collègues. Il y avait aussi les anciens chefs d’Aulnay qui se sont trouvé une place à Saint-Ouen, ceux-là par contre se sont fait hués par des grévistes qui les ont reconnus et n’ont pas hésité à dénoncer tout haut leur attitude pourrie lorsqu’ils étaient encore à Aulnay.



Après deux heures de discussions entre les ouvriers des deux sites les grévistes sont sortis de l’usine et ont fait une petite manif dans la ville.



Ensuite ils sont retournés à l’usine d’Aulnay où la direction avait mis l’équipe de l’après-midi au chômage partiel, tentant ainsi de casser la grève. Le chômage est d’ailleurs prolongé pour la journée de lundi. Rendez-vous est donné lundi matin devant l’usine en espérant que la tentative de lock-out que fait la direction n’aura pas eu trop d’effet sur le moral des grévistes.

Aulnay-sous-Bois, dimanche 20 janvier 2013

Le collectif contre les patrons voyous et licencieurs

Répondre à cet article