L’agglomération vichyssoise face aux fermetures de Candia et Svana

Vendredi 4 janvier 2013, par lohann // Candia

Les annonces des fermetures de Candia et Svana, en 2013, assènent un très mauvais coup à la filière agroalimentaire du bassin vichyssois, qui digère mal.

« Il y a deux ans, personne ne s’inquiétait pour l’agroalimentaire. On ne se posait d’ailleurs pas la question. Ça faisait partie des filières stables et des valeurs sûres », se souvient Pierre Guyot, responsable du développement au Comité d’expansion économique de l’Allier (CEEA).

La donne a bien changé depuis, notamment au détriment du bassin vichyssois. Les bâtiments de Créapain, dans la zone du Coquet, à Saint-Germain-des-Fossés, restent par exemple inoccupés depuis la liquidation de l’entreprise, au printemps 2011. À deux pas de là, Capryl est à l’arrêt et cherche toujours à vendre son activité de préparation pour desserts en poudre et boissons instantanées.

Et, même si la stabilité prévaut dans le secteur de la viande, certains professionnels qui ont investi font le dos rond, ces derniers temps, alors que les prix augmentent et que la consommation diminue.

Fin 2012, l’agroalimentaire local a subi deux nouveaux revers successifs avec l’annonce, pour cette année, des fermetures de la laiterie Candia, à Saint-Yorre, et de l’usine de fabrication et de conditionnement d’apéritifs sans alcool Svana, à Vichy.

Dans le cadre d’une restructuration destinée à « maintenir la compétitivité », le groupe Bouguet-Pau prévoit l’arrêt complet de Svana, qui emploie quinze salariés, d’ici la fin de ce mois de janvier.

La situation de l’usine, coincée entre la voie de chemin de fer et le boulevard de l’Hôpital, interroge les développeurs économiques. « Faut-il garder une activité ici ou non ? Est-ce qu’une activité peut continuer et grandir ici ou non ? Il faut se poser ces questions », réfléchit déjà Bruno Pinard-Legry, directeur de Vichy Val d’Allier Développement.

Le dossier Candia promet d’être plus sensible encore, dans une commune de Saint-Yorre marquée par la désertion de plusieurs activités ces dernières années, même si l’ancien site de Sediver a retrouvé de la vie en 2012 avec l’installation du groupe Caillot.

Le projet de réorganisation industrielle et logistique présenté par Sodiaal menace 102 emplois chez Candia. Le groupe coopératif a annoncé l’arrêt d’une première ligne de production au premier semestre, puis la fermeture complète, en fin d’année.

Le site, qui a bénéficié de nombreux investissements ces dernières années, présente assez d’atouts pour pouvoir envisager une revitalisation, même hors agroalimentaire. Mais, si tout le monde (État, élus, développeurs économiques, etc.) pense déjà à l’après, personne ne consiède le combat contre la fermeture définitivement perdu.

Le 04 Décembre 2012 - La Montagne

Répondre à cet article