Doux : les lettres de licenciement sont arrivées

Dimanche 30 septembre 2012, par Victor Morrisset // Doux

C’est la fin de l’attente pour les salariés blancafortais du volailler. Après la reprise partielle de l’abattoir de Doux par Glon-Sanders, prononcée par le tribunal de commerce de Quimper le 10 septembre dernier, soixante lettres de notification de licenciement sont parvenues à leur destinataire ce matin.

« C’est surtout une grande tristesse, témoigne le maire de Blancafort, Pascal Margerin, qui attend de savoir combien d’habitants de sa commune sont touchés par ces licenciements. Tout le monde se demandait qui allait y passer. »

Pour les salariés de Doux qui restent, ce lundi va être la grande inconnue. « Les gens ne savent pas quels postes ils vont occuper dans la nouvelle organisation », affirme Françoise Lavisse, déléguée centrale du groupe Doux et délégué syndicale CFTC à Blancafort.

À côté de ces salariés en contrat à durée indéterminée, 51 postes pourvus par des salariés en contrat à durée déterminée sont également supprimés sur les soixante et un qui existaient.

Guillaume Bellavoine


le Berry.fr, le 29 septembre 2012

Répondre à cet article