Des salariés de Sanofi manifestent contre les restructurations

Jeudi 12 juillet 2012, par lohann // Sanofi

Environ 500 salariés de Sanofi, selon les syndicats, ont manifesté jeudi 12 juillet devant le siège de recherche et développement pharmaceutique du groupe, à Chilly-Mazarin (Essonne), contre le "démantèlement de la recherche et développement".

"Entre 2009 et 2011, 4 000 postes ont été supprimés. Il est hors de question qu’il y ait encore des suppressions d’emplois dans ce groupe avec les profits qu’il réalise", a dénoncé Thierry Bodin, coordinateur CGT.

Sanofi a annoncé le 5 juillet une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support, sans préciser son impact sur les effectifs. Les syndicats y voient "un nouveau plan de restructuration" pouvant toucher 1 200 à 2 500 postes en France.

Selon Thierry Bodin, entre 400 et 500 salariés du site de Chilly-Mazarin, dont des chercheurs ou des ingénieurs, et une centaine de salariés du site de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), ont fait grève jeudi matin, pour participer au rassemblement devant le site de Chilly-Mazarin.

"NOUS SOMMES TOUJOURS DANS LES MÊMES QUESTIONNEMENTS"

Vers midi, alors que le comité central d’entreprise, consacré à cette réorganisation, était toujours en cours, une centaine de salariés se trouvait devant l’entrée de Sanofi. Une cinquantaine de salariés du site de Toulouse, concerné par d’éventuelles suppressions de postes et où les trois quarts des salariés sont en grève jeudi, s’est également rendue jeudi à Chilly-Mazarin.

Ils ont rencontré Elias Zerhouni, président monde de la R & D : "Nous sommes toujours dans les mêmes questionnements, dans l’attente", a rapporté Laurence Millet, chercheuse à Toulouse et élue SUD-Chimie au comité d’établissement. De son côté, Sanofi estime que "cette réunion de plus d’une heure a permis d’avoir un dialogue ouvert, franc et constructif sur les réflexions en cours concernant la vocation du site".

Le groupe pharmaceutique en a d’ailleurs profité pour réaffirmer "sa volonté d’engager une phase de dialogue avec les partenaires sociaux dans le but de présenter un projet dans le courant du mois de septembre, ainsi qu’avec les représentants des collectivités locales et territoriales".

Le 12 juillet 2012- Le Monde

Répondre à cet article