Les Herbiers : 149 licenciements annoncés par un plan social chez CWF

Samedi 4 février 2012, par Victor Morrisset // CWF

"C’est lamentable", scandent quelques centaines de salariés devant l’entreprise de confection de vêtements de luxe pour enfant CWF (Children Worldwide Fashion), en ce début d’après-midi. Ils ont appris, ce mardi, la mise en place d’une procédure de plan de sauvegarde de l’emploi. 169 licenciements sont au programme selon la CFDT, seul syndicat de l’entreprise. La direction, quant à elle, précise que "c’est 149 en fait". Le différentiel, selon Francis Cukierman, représentant de l’actionnaire et président par intérim, et le syndicat CFDT s’explique par des départs anticipés, des démissions, des fins de contrats et des CDD.

A l’heure de la débauche, une salariée témoigne : « nous arrivons à saturation ». Une autre se sent « trompée ». De manière générale, les salariés se sentent tous menacés. « Nous nous y attendions, constate une employée en production, et dans mon service nous avons le sentiment que l’on va disparaître ». Un fossé semble s’être creusé entre les salariés et la direction. « Nous n’avons plus confiance et la direction joue avec les mots », dresse, catégoriquement, un salarié du bureau d’études. « Voici deux ans que nous tirons la sonnette d’alarme. Nous avons débrayé deux fois en 2010 et rien n’a été fait », détaille un autre. « Nous sommes conscients que nous devons changer la structure, compte tenu de la conjoncture », glisse un salarié. Mais on reproche.

La liste des personnes concernées ne sera publiée qu’à l’issu de deux mois de négociations. Abordant notamment les reclassements. En attendant, pas de grève au programme. « Nous avons besoin de vivre, explique une salariée avant de compléter : Nous ne voulons pas paralyser nos concédants et nous souhaitons conserver l’image de marque de l’entreprise ». Mais l’inquiétude est palpable. Autant pour son emploi que pour « les salariés qui vont rester ».

Ouest France - 2 février 2012

Répondre à cet article

1 Message

  • Et depuis, des choses ont changé, malheureusement peut-être trop tard. L’ancienne équipe dirigeante, du DAF, de la Direction Générale en passant les Directeurs de Collection et Marketing, ont pillé cette société pendant des années et l’ont réduit en peau de chagrin à cause de guéguerre de clochers.
    Aujourd’hui, très peu ont retrouvé un emploi. A part peut-être certains de cette fameuse ancienne équipe dirigeante... Du gâchis.

    repondre message