Dixième jour de grève à la papeterie d’Alizay

Dimanche 30 octobre 2011, par Victor Morrisset // M-Real

Les salariés de la papeterie d’Alizay (Eure) ont entamé vendredi leur dizième jour de grève et de blocage de l’usine dont la fermeture a été décidée par le groupe finlandais M-Real faute d’accord avec des candidats à la reprise, a-t-on appris de source syndicale.
Les grévistes ont prévu de remettre en marche samedi la ligne de fabrication de papier, à l’occasion d’une journée portes ouvertes. "Elle s’adresse aux gens du coin qui entendent parler de nous depuis plusieurs mois mais aussi aux acheteurs potentiels qui pourront se rendre compte que l’usine peut tourner", explique Eric Lardeur, délégué CFE/CGC. Selon cet élu, l’intersyndicale CGT-CFE/CGC n’a plus eu de contacts avec la direction de M-Real depuis lundi date de la confirmation de la fermeture. La médiation qui devait se tenir ce jour-là à Paris entre M-Real et le thaïlandais Double A, candidat à la reprise, sous l’égide du ministre de l’agriculture, Bruno Le Maire, élu de l’Eure, n’a pas eu lieu.

Juste avant l’heure du rendez-vous, le groupe finlandais a diffusé un communiqué indiquant qu’il allait engager le processus de fermeture. Il assurait que "la détérioration de l’environnement économique, les difficultés croissantes de l’industrie du papier en Europe ainsi que le contenu même de la proposition de reprise" rendaient "impossible" le redressement de cette usine. Depuis, de nombreux élus de gauche comme de droite ont condamné l’attitude du groupe papetier. Bruno Le Maire a dit déplorer "profondément" sa décision en regrettant que le groupe n’ait pas entendu "les efforts déployés par les syndicats et les élus, dans un esprit unanime, pour trouver une solution". De son côté, le député PS de Seine-Maritime Laurent Fabius tout en dénonçant "les atermoiements du gouvernement" a jugé "inacceptable et scandaleux" le choix du groupe "alors que des repreneurs existent".

Le groupe avait mis en vente début mai cette usine de 330 salariés dans le cadre d’un vaste plan de restructuration européen visant à transformer M-Real, qui fabrique différentes sortes de papiers et de la pâte, en "une société dédiée au carton d’emballage".


Source Le Monde du 28 octobre 2011

Répondre à cet article