Ex-SBFM : Pierre Le Ménahès le fondeur frondeur se livre

Mercredi 28 décembre 2011, par cclpv // SBFM

Il a tenu tête aux dirigeants de la SBFM mais aussi au Président de la République. Pierre Le Ménahès, leader de la CGT et forte tête, revient sur ces épisodes dans un livre intitulé « La France d’en bas face à Sarkozy ».

Son face-à-face télévisé avec Nicolas Sarkozy sur TF1 en janvier2010 lors de l’émission « Paroles de Français » a marqué les esprits. « Je suis encore interpellé par les passants quand je me balade dans la rue », confie Pierre Le Ménahes. À la suite de cette très médiatique passe d’armes, les projecteurs se sont braqués sur le leader CGT de la SBFM.

Et un an et demi plus tard, le syndicaliste revient sur cet épisode dans son livre. « La maison d’édition m’a contacté en mai dernier. J’ai consulté les militants CGT de la SBFM. Ils ont émis un avis positif. J’ai donc décidé de relever le défi.J’ai rendu ma copie mi-août ».

« Achetez un sonotone monsieur le président »

Son ouvrage coup de poing revient bien évidemment sur les coulisses de cet épisode. Comme par exemple ce persiflage adressé au Président de la République peu après l’émission « Achetez-vous lunettes et sonotone pour mieux voir et entendre les revendications des salariés du pays ! »

Pierre Le Ménahes n’a pas sa langue dans sa poche, ni froid aux yeux. Si son livre est une charge contre la politique « antisociale » de Nicolas Sarkozy, c’est aussi un récit sur « la lutte exemplaire des salariés », c’est-à-dire celle des ouvriers de la SBFM qui a permis de sauver la fonderie au printemps 2009.

Règlements de compte

« Tout s’est terminé dans une explosion de joie. Mais si la réponse de Renault avait été négative le 26 juin, je n’ose imaginer la déflagration de la colère », confie leur porte-parole qui s’est imposé comme un véritable tribun tout au long du conflit. « On avait peut-être placé la barre haut en s’opposant au moindre licenciement et à la fermeture. On a maintenu le cap. Toutes les causes ne sont pas automatiquement perdues. »

Pour le secrétaire général du syndicat CGT de la SBFM, la mobilisation sans faille et la détermination des salariés ont permis d’arracher cette victoire, pourtant improbable au coeur de l’hiver. « Les négociations avec les ministères concernés n’auraient pas abouti sans la lutte des salariés qui était à la hauteur des revendications ».

S’il rend un hommage à ses compagnons de route, l’homme au « parler cash » en profite aussi pour régler ses comptes avec quelques soutiens considérés comme trop frileux. Jean-Yves Le Drian, président du conseil régional, et Bernard Thibault, premier secrétaire CGT, ne sont pas épargnés par les charges brutes de fonderie du fondeur frondeur. Dans son viseur : la droite dure et la gauche molle.

Soutien de Besancenot et Lavilliers

« Les instances syndicales sont moins à l’écoute du terrain. Il ne suffit pas de se syndiquer, encore faut-il combattre pour inverser cette politique ! » Pierre Le Ménahès ne se fera pas que des copains avec ce pamphlet contre « Sarkoland ». Mais il en a cure. Il reste fidèle à ses convictions et assène ses vérités comme on envoie un uppercut. « À l’école du syndicat CGT SBFM, on n’apprend pas, on se bat ! ».

Cette devise inspirée d’une chanson de Léo Ferré est apposée sur la porte de son bureau au-dessus d’un portrait de Che Guevara. Dans son combat, il a aussi gagné des amis, notamment Olivier Besancenot et Bernard Lavilliers. Le célèbre facteur lui rend un vibrant hommage dans le livre. Et le chanteur lui a dédié sa chanson « Les Mains d’or » en préface de l’ouvrage.

Le livre « La France d’en bas face à Sarkozy » de Pierre Le Ménahès aux éditions Favre (125 pages) est en vente dans les librairies au prix de 12 €.

Le Télégramme - 26 octobre 2011

Répondre à cet article