Les salariés de Ham préfèrent négocier

Mercredi 21 septembre 2011, par cclpv // Alcan-Softal

Ils ont voté le 20 septembre contre une action en justice pour invalider le Plan de Sauvetage de l’Emploi. La réunion d’hier avec les représentants de la direction n’ayant pas abouti, les syndicats envisageaient de saisir la justice. Les salariés ont voté à bulletin secret contre cette solution. Ils préfèrent reprendre les négociations avec le groupe Constellium.

L’avocat des salariés avait mis sur la table une expertise démontrant la viabilité de l’entreprise de Ham et donc un plan social injustifié.

Syndicats et direction s’étaient retrouvés lundi 19 septembre pour négocier l’avenir des 127 emplois menacés. Pour éviter tout dérapage, la rencontre a lieu en terrain neutre : un hôtel de l’aire d’autoroute d’Assevillers.

Vendredi, les syndicats avaient séquestrés leurs dirigeants pendant plusieurs heures avant que ceux-ci ne soient exfiltrés de l’usine par les gendarmes tard dans la soirée à travers un trou fait dans la clôture située à l’arrière des bâtiments.

Les syndicats s’étaient pourtant organisés pour passer la nuit sur place. Les dirigeants étaient venus pour faire le point sur l’outillage du site et sur la mise en oeuvre du plan social. Annoncé en février dernier, ce plan social prévoit la suppression de 70% des 207 emplois du site, soit 127 postes.

Les syndicats veulent que la direction étudie l’offre de reprise de l’usine qu’ils lui ont faite et donne des garanties de pérennisation de l’emploi sur le site.

La direction, elle, veut lettre en place plus vite qu’annoncé le plan social.

Mobilisation des élus

Début septembre, plusieurs élus du secteur avaient envoyé une lettre à la direction du groupe Constellium, propriétaire d’Alcan.

Stéphane Demilly, député de la Somme, Marc Bonef, maire de Ham, Michel Lenglet , représentant de l’intersyndicale, Olivier Chapuis-Roux, vice-président du Conseil Régional et Grégory Labille, conseiller général de la Somme s’interrogent dans ce courrier sur le silence de la maison-mère du site quant aux offres de reprise qui lui ont été présentées : le 1er projet aurait été à peine étudié tandis que pour le 2nd, la direction du groupe ferait la sourde oreille.

Des investissements en Côte d’Or et dans l’Yonne

La fermeture de Constellium à Ham devrait entraîner selon eux la suppression de 127 des 200 postes que compte le site ainsi que de 40 contrats d’intérimaires. Les conséquences chez les sous-traitants seraient également importantes puisque 170 autres emplois seraient menacés.

Constellium, l’ex-entreprise Alcan EP, est spécialiste en traitement de l’aluminium. Le groupe détient 2 autres unités de production : l’une à Nuits-Saint-George en Côte d’Or et l’autre à Saint-Florentin dans l’Yonne. Deux sites sur lesquels Constellium va investir 3,8 millions d’euros en 2011.

France 3 Picardie - 21 septembre 2011

Répondre à cet article