PSA réduit ses effectifs à Aulnay et Melun, en attendant une autre vague

Jeudi 22 septembre 2011, par cclpv // PSA

PSA Peugeot Citroën va réduire de nouveau ses effectifs français dans les prochaines semaines, pour s’adapter au ralentissement anticipé du marché européen. La première étape, qui a fait l’objet aujourd’hui d’un comité central d’entreprise extraordinaire, concerne principalement deux sites de région parisienne, Aulnay-sous-Bois (Seine Saint-Denis) et Melun-Sénart (Seine-et-Marne).

A Aulnay, une usine d’assemblage de la Citroën C3, dont l’avenir après 2014 est menacé, 115 suppressions d’emplois sont à l’ordre du jour, à travers des départs volontaires, qui s’ajoutent à 165 départs depuis un an (le plan de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences qui venait à expiration en septembre a été prolongé à cette fin). En outre, 300 contrats d’intérimaires, sur un total de 350, ne vont pas être renouvelés. « On vide un peu plus l’usine », déplore Jean-Pierre Mercier, responsable CGT sur le site, dont le syndicat avait révélé au printemps dernier un plan interne devant conduire à une fermeture totale à terme, après les élections.

Aulnay est devenu un cas d’espèce aux yeux de la direction : elle est la seule usine d’assemblage à faire l’objet d’annonces sociales précises, alors même qu’elle fonctionne largement en binôme avec Poissy, l’autre usine de région parisienne chargée des véhicules de segment B. Le reste des intentions de la direction en matière de réduction des effectifs d’intérimaires (10% de l’effectif en France) sera divulgué plus tard dans l’année.

Par ailleurs, 180 emplois vont disparaître à Melun, une plate-forme logistique de pièces détachées dont la fermeture a déjà été annoncée l’an dernier. Les salariés pourront choisir un autre site PSA à l’exception d’Aulnay, et tout refus se soldera par un licenciement.

Les Echos - 22 septembre 2011

Répondre à cet article