Les salariés de Still-Saxby ont manifesté devant l’assemblée nationale

Lundi 12 septembre 2011, par cclpv // Still

Près de 250 salariés de l’usine Still-Saxby (chariots élévateurs) venus de Montataire dans l’Oise, ont manifesté mercredi devant l’assemblée nationale à Paris contre la fermeture du site prévue en 2012.

Le 5 juillet dernier, la direction a annoncé lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire son intention de fermer l’usine de Montataire pour regrouper sa production en Italie et à Châtellerault (Vienne).

« C’est incompréhensible. L’entreprise fait des bénéfices et le carnet de commande explose avec plus de 6.800 appareils », a expliqué Jean-Michel Mlynarczyk, secrétaire CGT du comité d’entreprise (CE).

« Aujourd’hui, la direction nous propose quelques postes à l’étranger (90 à Luzzara en Italie et une dizaine à Châtellerault) et pour les autres un licenciement avec 1.500 euros seulement par année d’ancienneté avec un plafond à 40.000 euros », a-t-il ajouté.

Le syndicaliste a expliqué qu’outre les 187 CDI et 70 intérimaires du site, cela « laissait aussi sur le carreau environ 400 salariés d’entreprises sous-traitantes », pointant « une région sinistrée ».

Les manifestants ont notamment reçu le soutien de Marie-Georges Buffet (PCF), Martine Billard (PG) et Alain Vidalis (PS).

« C’est l’exemple d’une entreprise moderne, pour qui tout roule, mais, pour des raison purement spéculatives, le groupe allemand Kion a décidé de fermer une usine », a déclaré Marie-George Buffet précisant que le groupe appartient aux fonds d’investissement KKR et Goldman Sachs.

Une centaine de salariés étaient déjà venus manifester à Paris mi-juillet devant le siège parisien de Goldman Sachs.

En 2005, les salariés de l’usine avaient accepté de travailler 38,5 heures payées 35 contre la promesse de pérennisation de l’usine. « C’était un chantage à la délocalisation en Pologne, on a fait un référendum, le personnel a accepté et voilà où on en est », a déploré Pascal Mozas délégué CGT.

Le Courrier picard - 7 septembre 2011

Répondre à cet article