Indre : l’administration serait-elle au service des patrons voyous ?

Lundi 19 septembre 2011, par cclpv // juridique

La chasse aux sorcières serait-elle en train de se généraliser ? De nombreux défenseurs des salariés en France, en commençant par ceux de l’Indre, sont aujourd’hui la cible de pressions ou sont sur la sellette, attendant leur lettre de licenciement ou des sanctions.

Premièrement : A Châteauroux, pressions sur des inspecteurs du travail

Deux jeunes inspecteurs du travail subiraient des pressions intolérables de la part de leur hiérarchie (DIRECCTE)simplement parce qu’ils ont eu le courage de faire très justement leur travail en intervenant et empêchant par exemple des salariés de travailler sur un chantier exposé à l’amiante, sans protection adéquate.
Leur intervention déplait fortement à l’Union Des Entreprises de l’Indre (voir ci-joint le courrier de l’UDEI à Xavier Bertrand et l’article de G.FILOCHE).

Deuxièmement : un conseiller du salarié agressé par un employeur

Un conseiller du salarié continuellement nommé depuis plus de quinze ans, a subit une agression physique de la part d’un employeur lors d’un entretien et a été contraint pour se défendre d’utiliser un “GUARDIAN ANGEL” qui est un projecteur de poivre. A la suite de cet incident, choqué par l’agression, il se rend chez son médecin qui lui prescrit cinq jours d’ITT.
Alors qu’il n’a fait qu’essayer de se dégager de l’emprise de l’employeur, il est mis en examen suite à la plainte de celui-ci et la Direction départementale du travail, qui a été sollicitée pour intervenir, plutot que de lui venir en aide et assurer sa défense devant la justice, a essuyé un refus catégorique.
Ce conseiller du salarié déja agé, ne faisait que de se défendre dans le cadre de sa "fonction de service public".

Troisièmement : acharnement contre des élus du personnel à Meadwesvaco

Les 17 salariés protégés de MEADWESTVACO Emballage qui après avoir subi 2 procédures de licenciement, refusées toutes les 2 par deux inspecteurs du travail de l’Indre différents et deux décisions du ministre du travail, viennent de recevoir une ultime décision dans le cadre d’une 3ème procédure et cette fois, à la surprise générale, alors que les résultats de la société sont faramineux, leur licenciement est cette fois-ci "accordé".

- Les salariés protégés de MeadWestvaco sont en droit de penser qu’ils sont eux aussi victimes de laxisme ou abandon de la part des hauts responsables de l’Administration du Travail, disent-ils.

- Leurs licenciement ont été accordés par une jeune inspectrice et surement inexpérimentée de MAUREPAS (Yvelines) qui a débuté sa carrière le 1er juillet dernier, c’est son premier dossier et celle-ci ne risque pas quand à elle de subir la foudre des employeurs...

- En effet, les élus de MEADWESTVACO pensent que cette inspectrice est géographiquement incompétente pour instruire leur dossier, que la Direction de MEADWESTVACO a usé de stratagèmes et peut être d’appuis politiques pour dessaisir Châteauroux et faire en sorte que l’enquête soit instruite ailleurs, dans un département plus favorable que dans le département de l’Indre, duquel dépendent leurs contrats de travail et que, cela n’aurait pas pu se faire sans de l’aval de certains responsables locaux.

- Ils affirment que le motif économique de leur licenciement n’est pas fondé comme l’ont déjà confirmé les deux précédentes décisions ex : « il s’agit d’un choix purement opportun destiné à accroitre les profits du groupe, au détriment d’un de ses établissements, ce qui ne saurait justifier un licenciement pour motif économique ».

- Déçus mais toujours combattifs, les salariés soit disant "protégés" et qui ne le sont plus de MEADWESTVACO Emballage affirment que leurs avocats préparent déjà la contre attaque, le recours auprès du Tribunal Administratif.

Ce n’est qu’un aperçu de ce qui passe actuellement dans le département de l’Indre ! A qui le tour ?


17 nouveaux licenciements à Medwestvaco Châteauroux

- A lire : un article de la Nouvelle République sur le licenciement des 17 denriers salariés de Meadwestvaco à Châteauroux

info portfolio

Répondre à cet article