Liquidation de Veninov : nouvelle mobilisation pour trouver un repreneur

Mercredi 17 août 2011, par cclpv // Veninov

200 personnes ont participé à un "rassemblement de soutien" vendredi à Vénissieux (Rhône) devant l’entreprise Veninov, leader européen des toiles cirées liquidé le 21 juillet, occupée par des salariés dans l’attente d’un éventuel repreneur, ont indiqué des syndicats et la préfecture. Des élus locaux, des responsables syndicaux et d’anciens employés sont venus manifester en fin de matinée leur soutien aux 87 salariés licenciés, qui assurent une "occupation en continu de l’usine, sept jours sur sept" afin d’empêcher le départ des machines, a précisé à l’AFP Stéphane Navarro, délégué syndical CGT.

Ce rassemblement précédait une "table ronde" tenue dans l’après-midi à la préfecture pour étudier le cas de Veninov, filiale du groupe allemand Alkor-Venilia, lui-même liquidé fin juin.

"Deux ou trois pistes de repreneurs ont été évoquées, dont une sérieuse", a indiqué Bernard Dhennin, délégué syndicat CDFT.
"Plusieurs propositions devraient se préciser courant septembre, le but étant d’organiser une nouvelle table ronde durant la deuxième semaine de septembre, en présence des acteurs économiques concernés", précise un communiqué du député communiste André Gérin.

La préfecture, qui travaille sur ce dossier "en liaison étroite avec le ministère de l’Industrie", a "confirmé la volonté des autorités de maintenir l’activité industrielle sur le site Veninov", a souligné le député du Rhône.

Fin juillet, le préfet du Rhône Jean-François Carenco avait signalé à la justice qu’il suspectait un prêt bancaire illégal accordé fin 2010 au groupe allemand Alkor Venilia par le fonds d’investissement américain Gordon Brothers, "dans l’idée de récupérer des terrains".

Le préfet, en lien avec le liquidateur judiciaire Marc Sénéchal, cherche pour sa part à savoir à qui appartiennent les six hectares de l’entreprise, ex-leader européen des nappages plastifiés, en banlieue lyonnaise, qui a changé plusieurs fois de propriétaire.

Le parquet de Lyon a indiqué qu’il s’était "dessaisi du dossier au profit du parquet de Nanterre", ville dont le tribunal de commerce avait prononcé la liquidation de Veninov en l’absence d’offre de reprise dans le délai imparti d’une semaine, à la mi-juillet.

"Ce volet judiciaire est primordial pour qu’on puisse reprendre l’activité", a estimé M. Dhennin.

AFP - 12 aout 2011

Répondre à cet article