Goss Montataire (Oise) : une nouvelle tentative de médiation

Samedi 27 novembre 2010, par cclpv // Goss

Les 623 salariés n’ont pas encore été fixés sur leur sort. Une prochaine audience est prévue le 15 décembre. En attendant un médiateur a été nommé par le tribunal.

Le tribunal de Senlis a décidé hier une médiation jusqu’au 13 décembre entre les dirigeants de Goss et le comité d’entreprise, qui refuse le plan de sauvegarde de l’emploi annoncé en septembre 2010. Ce PSE prévoit le licenciement de la moitié des effectifs et un budget de 25 millions d’euros pour accompagner leur sortie.

« La direction du site a déjà essayé de dialoguer avec le CE via un mandataire ad hoc mais ils ont contesté sa présence et exigé la fin de sa mission. Alors je ne pense pas que cette décision va faire avancer les choses », confie Bernard Béranger, membre du collectif de salariés qui s’est créé en contestation de la stratégie du CE de rejet du PSE. « Je crains fort qu’on aille jusqu’au dépôt de bilan et à la liquidation », poursuit le salarié.

Les élus veulent créer un comité de soutien
Un avis contesté par Michel Melo, représentant CFTC : « Ce médiateur va être nommé par le tribunal de grande instance, c’est une bonne chose pour l’ensemble du personnel. Nous allons pouvoir renouer le dialogue et présenter des alternatives afin de sauver le maximum d’emplois. La précédente tentative avait échoué car nous n’avions pas été informés de la venue de ce médiateur, qui avait été nommé par le tribunal de commerce ».

Dirigeants et représentants du comité d’entreprise ont donc jusqu’au 13 décembre pour trouver un terrain d’entente, via le médiateur. Une prochaine audience aura lieu le 15 décembre à 10 heures, au tribunal de Senlis. Une audience qui devrait mettre fin à un suspense intenable pour les 623 salariés du fabricant de rotative d’imprimerie. « Nous, on n’en peut plus des différents rebondissements, ce qu’on veut, c’est être fixés. On sait que nous avons les compétences nécessaires pour s’assurer un avenir, mais ça sera difficile s’il y a dépôt de bilan. Il faut être réaliste, on a plus les moyens d’attendre », confiait un des membres du collectif des salariés.

Hier, Jean-Pierre Bosino, maire de Montataire, et Alain Blanchard, conseiller général du canton, faisaient savoir via un communiqué qu’ils proposaient de « mettre en place au plus vite un large comité de soutien aux salariés de chez Goss pour l’avenir de l’emploi et la pérennité de cette usine à laquelle nous tenons ».

Quant à la direction, elle n’a pas souhaité s’exprimer.

Le Courrier Picard 27/11/2010

Répondre à cet article