Le PSE d’Altis Semiconductor contesté aux Prud’hommes

Samedi 20 novembre 2010, par cclpv // Altis

Le conseil des Prud’hommes d’Evry a décidé jeudi de reporter au 9 décembre sa décision suite à l’action en référé introduite par un groupe de salariés d’Altis Semiconductor contre le PSE en cours dans leur entreprise. « Le conseil a demandé à la direction d’Altis de lui présenter l’ensemble des documents concernant le PSE et, en attendant, a décidé de reporter sa décision », explique Michel Branjeon, un des onze plaignants.

Corollaire au rachat du fabricant de semi-conducteurs par Yazid Zabeg, l’été dernier, le PSE de la société de Corbeil-Essonnes prévoit encore la suppression de 354 postes sur les quelque 1 400 que compte l’usine.

Le référé devant le Conseil des Prud’hommes vise à obliger Altis à préciser ses propositions en matière de reclassement. Les plaignants demandent parallèlement que soit repoussée la date de fermeture de la période de volontariat qui doit prendre fin le 17 décembre prochain.

« La Direction n’a pas prévu de reclassements et toutes les personnes ciblées par le PSE n’ont, pour l’instant, d’autre choix que le départ volontaire ou le licenciement », déplore encore M. Branjeon.

Environ 300 salariés ont opté pour un départ volontaire a-t-on appris de sources syndicales. « Les premiers départs concernant une centaine de personnes ont eu lieu lundi dernier », précise-t-on de mêmes sources.

L’Usine Nouvelle 19/11/2010


Communiqué de presse CFTC ALTIS du 3 novembre 2010
Altis Semiconductor (Corbeil-Essonnes)

LE PLAN SOCIAL ALTIS AUX PRUD’HOMMES …

Une première sur le site historique d’IBM à Corbeil Essonnes, des salariés vont faire valoir leurs droits aux prud’hommes d’Evry jeudi 4 Novembre 2011.
En effet le PSE actuellement en cours avec 400 suppressions de postes à la clef est loin d’être accepté par les employés.

La CFTC d’Altis sera présente au tribunal. Les dernières rencontres avec notre direction nous ayant laissé un goût très amer quant aux respect de celle-ci envers le personnel.

Ci-dessous la déclaration du collectif qui se présente au tribunal des prud’hommes :

"Dans le cadre du PSE d’ALTIS, dont le nouveau Président Directeur Général n’est autre que Monsieur Yazid Sabeg (commissaire à la diversité et à l’égalité des chances), le 27/08/2010 les collaborateurs ont découvert la cartographie des postes supprimés : 70% de non cadres et 30% de cadres . Conformément au planning de l’accord social, le début de la période de volontariat a débuté à cette même date avant l’expertise du cabinet SYNDEX et la consultation du CE.

Excès de confiance ou manque d’attention du CE, planning stratégique ou pure optimisation du délai PSE pour la Direction, nous avons globalement assisté à un afflux de départs volontaires chez les non cadres de la production pendant que le cabinet SYNDEX et le personnel découvrait un bon nombre d’infractions au code du travail et d’aberrations dans la suppression des postes (pas de justification compte tenu de la charge, pas de reclassement interne dévoilé, manipulation des catégories professionnelles, discrimination d’âge, nouvelles embauches…).

Cette situation plus particulièrement favorable aux non cadres de production (moins de catégories professionnelles) et défavorable aux cadres et non cadres des supports de production a conduit le CE, malgré la contestation de syndicats minoritaires, à ne pas s’opposer à la mise en œuvre du PSE. L’indifférence de la Direction, l’absence de communication sur le projet industriel, les injustices et l’absence de préparation des salariés par le biais de la GPEC ont donné naissance à un collectif.

La direction n’a pas anticipé ce PSE : pas de formation du personnel aux nouveaux métiers.

Ce groupe d’environ 100 collaborateurs « plaignants ou soutiens » est constitué d’une part de collaborateurs qui n’ont d’autres choix que le départ volontaire ou le licenciement contraint et d’autre part de collaborateurs intégrés au nouvel ALTIS choqués par les pratiques de la Direction et inquiets pour leur avenir.

En raison de l’indifférence de la Direction sur ces questions, les collaborateurs « plaignants » ont saisi le conseil des prud’hommes d’Evry (91) par la voix de Maître Alain OTTAN, avocat à la cour d’appel de Montpellier. A l’occasion de ces premières audiences publiques, nous avons appelé nos soutiens et les syndicats à s’y rendre le Jeudi 4 Novembre à 9H (1 rue de la patinoire à Evry).

Nous attendons de ces procédures individuelles que la Direction assume ses responsabilités en apportant des réponses et solutions, aux questions et propositions faites par notre avocat. Pour l’heure, nous ne sommes aucunement dans une logique de conflit mais le collectif se réserve le droit de faire appel de toutes décisions déraisonnables, appel pouvant éventuellement entraîner l’annulation du PSE."

Le collectif / M. Brangeon


Des salariés d’Altis attaquent le plan social : article du Parisien du 5 novembre 2010

Répondre à cet article

2 Messages

    • Le PSE d’Altis Semiconductor contesté aux Prud’hommes 6 décembre 2010 03:41, par tofyplus

      Bonjour,

      Etant salarié d’altis, je souhaite témoigner de la pratique de passage en force dont fait usage la direction , cette dernière étant cautionné par de nombreux representants syndicaux ne pensant aujourd’hui quà leur interêt financier personnel oubliant l’éthique qu’ils ont eus peut être un jour.
      aucune anticipation de reclassement interne par formation avec budget GPEC, un licenciement contraint pour refus d’horaire > 10 salariés devant entrainer un PSE mais intégré à l’accord social avec des indemnitées bien moins conséquentes
      Des licenciements contraints de volontaires refusés compte tenu d’une carthographie par métiers illégale (agent de fabrication C1/C2/C3 et métiers de Maintenance différenciés)
      Des salariés ciblés pour un futur licenciement, leur métier étant repris par des anciens collègues.
      Honteux, ce PSE qui fait partir des salariés avec aucun critére sur la validité de leur projet.
      Alors, j’affirme qu’il est temps que justice soit faite et j’appelle tous les salariés étant touchés directement, par solidarité ou par inquietude d’un nouvel ALTIS sans avenir de se joindre au collectif
      qui a le courage de ces opinions.

      Merci

      repondre message