Filtrauto (Louvigné-de-Bais) : négociations difficiles au septième jour de grève

Jeudi 28 octobre 2010, par cclpv // Filtrauto

Les 62 salariés de l’équipementier automobile Filtrauto entament leur septième jour de grève, contre la fermeture du site. Hier, des représentants syndicaux ont négocié les indemnités de départ au siège de l’entreprise, à Guyancourt (Yvelines).

En fin de matinée, la direction a proposé une prime de 15 000 € par personne contre l’engagement des salariés à ne pas poursuivre l’équipementier automobile aux prud’hommes. Insuffisant pour le personnel. « L’entreprise nous fait du chantage. Certains ont 25 et même 30 ans d’ancienneté. Nous réclamons aussi 10 000 € de prime supralégale fixe, contre les 6 000 € proposés par la direction. Les finances de l’entreprise sont saines. Les actionnaires ont augmenté leur dividendes. C’est encore plus difficile à accepter », affirment les salariés.

Date de fermeture repoussée ?

Le plan de sauvegarde pour l’emploi prévoit aussi le reclassement en interne sur les sites de Vire, Marcillac (Aveyron) et Saint-Père-en-Retz, de 21 des 62 salariés.

S’ils n’obtiennent pas gain de cause lors des prochaines réunions de négociation avec la direction, les salariés menacent de durcir leurs actions. « Nous continuons la grève. Ce n’est pas sans conséquence sur nos salaires. Mais c’est la seule manière de nous faire entendre. » Lors de leur déplacement à Vitré pour la manifestation de jeudi dernier, les grévistes ont reçu un don de 790 € du personnel du lycée Bertrand-d’Argentré. « Nous leur en sommes reconnaissants. »

Un comité central d’entreprise est prévu ce mercredi. Le site devait fermer le 31 octobre. La date butoir pourrait être repoussée, les réunions de négociations n’ayant pas abouti. La direction de Filtrauto n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Ouest France 27/10/2010

Répondre à cet article