Bonna Sabla : les ouvriers tentent d’interpeller Nicolas Sarkozy

Mardi 14 septembre 2010, par nico // Bonna Sabla

Ils n’étaient pas prévus, hier, au programme bien ficelé de Nicolas Sarkozy, venu s’exprimer sur l’accession à la propriété à Parc-en-Seine, le nouveau quartier de Villeneuve-le-Roi. Pourtant, les 70 ouvriers de l’entreprise de travaux publics Bonna Sabla, dont l’emploi est menacé, ont défié l’important service de sécurité du président qui a contrôlé l’accès au quartier toute la matinée.
Sur les murs de leur usine, le long du chemin du cortège présidentiel, leurs banderoles rouge et blanc « Pour acheter, il faut travailler ! », « Lotissements = licenciements ! » étaient bien visibles. Car leur entreprise, qui fabrique des canalisations et dalles en béton sur un terrain loué en face du nouveau quartier visité par le président, doit fermer d’ici début 2012.

Les résidences chassent les usines

« Il nous faut désormais libérer la zone industrielle pour permettre des constructions résidentielles, confirme le directeur des ressources humaines chez Bonna Sabla, Gilles Van Branteghem. Depuis quelques années, on subit une augmentation importante de notre loyer en raison de la pression immobilière ». L’entreprise a par ailleurs engagé un plan social plus vaste à l’échelle national. Quinze sites, sur 52 en France, doivent fermer et 240 emplois sont menacés.
« On est coincés par ce nouveau quartier et différentes entreprises de la zone industrielle sont aussi menacées », assure un ouvrier de Bonna Sabla. « Dès qu’on a su que le président venait en face, on a préparé nos banderoles, explique Antonio Dominguez, délégué syndical (FO) chez Bonna Sabla. Mais les CRS ont tenté de les enlever en nous disant que le président n’était pas venu pour ça », témoigne un ouvrier. Dans un communiqué, Serge Vinet, responsable de la CGT du secteur, a dénoncé « le traitement irrespectueux et antidémocratique subi par ces salariés qui ont tenu à exprimer leurs revendications ». Ils n’étaient d’ailleurs pas les seuls. A quelques mètres de là, des élus du Front de gauche à la mairie de Villeneuve-le-Roi avaient aussi préparé quelques banderoles pour protester contre la venue du président.

Le Parisien le 15/09/2010

Répondre à cet article