Les employés de Filtrauto à Louvigné-de-Bais se sont rendus au siège de Guyancourt

Dimanche 25 juillet 2010, par cclpv // Filtrauto

Mercredi avait lieu, au siège de Filtrauto à Guyancourt, la première réunion concernant le projet de fermeture du site de Louvigné-de-Bais. Tous les employés se sont mobilisés et ont organisé deux cars pour se rendre au siège et ainsi faire entendre leur souhait haut et fort : « Nous voulons sauver le site de Louvigné. »

Ils étaient accompagnés de cinq élus venus leur apporter leur soutien : Virginie Kless, sénatrice, Michel Pigeon, conseiller général, et trois adjoints de Louvigné, Annick Delépine, Yves Martin, Henri Mouton. Une délégation de Saint-Père-en-Retz était aussi présente, et tous les autres sites ont observé un mouvement de grève.

Afin de manifester leur présence, toute la journée, ils ont tambouriné sur des bidons, agité des clochettes, chanté pendant que les délégués syndicaux discutaient, en attendant qu’ils viennent leur apporter quelques informations, parfois peu encourageantes : « La fermeture de Louvigné est confirmée. Des transferts sont proposés : 3 postes à Saint-Père-en-Retz, 12 à Vire, 6 à Marcillac et pour les autres ? » Cependant, « Ces informations ne sont pas cependant des décisions finales. »

À 16 h, quand les Louvignéens ont repris le car, il restait encore de nombreux points à discuter dont la partie économique. « Nous allons nous battre pour que chacun retrouve une situation décente. » Jeudi matin, ils ont repris le travail un peu découragé : « Nous avons un site qui a du travail, qui est reconnu performant. On ne comprend pas. »

Jeudi prochain, Pierre Méhaignerie, président de Vitré communauté, accompagné des élus présent à cette journée, rencontrera sur le site de Louvigné les responsables de Filtrauto.

Ouest France 23/07/2010

JPEG - 56.5 ko

- A voir : un reportage sur France3

Répondre à cet article