Air France va encore réduire ses effectifs

Lundi 5 juillet 2010, par nico // Air France

La compagnie anticipe un sureffectif de 4109 postes à l’horizon 2013, mais ne prévoit pas de nouveau plan de départ.

La direction d’Air France envisage l’avenir avec prudence. Après avoir essuyé l’an passé la plus forte perte de son histoire, la compagnie continue de prévoir une diminution de ses effectifs. Lors d’un comité central d’entreprise, lundi, un sureffectif de 4 109 personnes à l’horizon de mars 2013 a été évoqué. Air France estime ses besoins à 47 694 personnes à cette date. Cette estimation dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois reste provisoire et sera affinée à l’automne après le bilan des opérations de l’été.

Un plan de départs volontaires annoncé en septembre dernier vient de s’achever, prévoyant la suppression de 1 800 postes d’ici à la fin de l’année. Il ne devrait pas être suivi par un nouveau dispositif « ni contraint, ni volontaire », selon un syndicaliste. Le sureffectif devrait en effet être absorbé par le maintien du gel des embauches et les départs naturels. Il concernerait principalement le personnel au sol, ainsi que les pilotes ; en revanche, la compagnie pourrait devoir reprendre les recrutements d’hôtesses et stewards et de mécaniciens et prévoit de nombreuses mesures de mobilité interne.

Commande d’avions

Au total, la réduction d’emplois sur cinq ans à l’horizon 2013 aura ainsi concerné 16,3 % des effectifs, soit près de 10.000 postes. « La crise nous a amputés de 25 % de notre chiffre d’affaires », justifie-t-on chez Air France. Sur ses derniers résultats annuels, le groupe a enregistré une perte de 1,5 milliard d’euros pour un chiffre d’affaires de 20,99 milliards, en recul de 15 %.

Son directeur général, Pierre-Henri Gourgeon, mise sur un retour à l’équilibre opérationnel cette année, hors effet des couvertures pétrole (qui devraient coûter entre 300 et 400 millions d’euros) et sur une reprise du trafic en 2011-2012. La compagnie prévoit déjà néanmoins un redéploiement de ses capacités pour profiter de la reprise quand elle se produira. Pierre-Henri Gourgeon a confirmé lundi la perspective d’une importante commande d’une centaine d’avions à Airbus ou Boeing pour des appareils intermédiaires (A 350 ou B 787), reportée en 2008 en raison de la crise.

Le Figaro le 05/07/2010

Répondre à cet article