Deuxième semaine de grève à Thomson Grass Valley

Mardi 29 juin 2010, par nico // Technicolor (Thomson)

Hier après-midi, dans leur campement, les grévistes préparaient de nouvelles actions pour cette semaine. Dont probablement une durant la braderie.

Le rapport de force se poursuit à Thomson Grass Valley. Certains salariés campent et dorment sur place.

C’est reparti à Thomson Grass Valley. Hier matin, sur les 153 salariés présents à l’assemblée générale, un peu plus de cent personnes ont décidé de reconduire la grève entamée une semaine plus tôt. Les plus mobilisées ont de nouveau installé des tentes, des tables de camping et garé un camping-car à proximité du local du comité d’entreprise. Comme la semaine passée, quelques-uns d’entre eux vont à nouveau dormir sur place.

Depuis le 21 juin, plus aucun matériel ne sort donc de l’usine de Cesson-Sévigné. En temps ordinaire, le site produit des cartes électroniques spécifiques à chaque client de Grass Valley (France télévision, Bouygues, Direct TV...) et les intègre à des codeurs. Mais depuis une semaine, « dans les ateliers, plus aucun salarié ne travaille », confirme Dominique Millet de la CFDT.

Officiellement, l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, Sud) et le collectif de salariés réclament toujours le retrait du « plan de compression des effectifs qui est à nos yeux massif, excessif et dangereux pour l’avenir de notre société » : 305 postes doivent être supprimés en France dont 168 à Cesson-Sévigné où 400 personnes travaillent.

« Notre dernier recours »

Le bras de fer entre direction et salariés se poursuit donc alors que vont avoir lieu, ce mardi et mercredi, deux réunions du comité central d’entreprise. Lors de l’une d’entre elles, la question de la prime accordée aux salariés licenciés ou partant volontairement doit être abordée. « Cette grève, c’est notre dernier recours. Jusqu’à présent, la direction est restée sourde aux multiples interventions des syndicats, des élus, aux manifestations », insiste Yannick Villalon, le secrétaire du comité d’entreprise.

Dans ce rapport de force, l’une des clés résidera dans l’attitude qu’adopteront les salariés voisins du centre de recherches de Technicolor (450 personnes). Hier matin, l’intersyndicale a appelé ces derniers à les soutenir. Sera-t-elle entendue ? Il y a peu, la direction de Technicolor a annoncé la construction d’un nouveau centre de recherches à Rennes...

Ouest-France le 29/06/2010

Répondre à cet article