Avenir des salariés Total à Dunkerque : la CGT réclame des "actes"

Mardi 29 juin 2010, par nico // Total

La CGT du groupe Total a indiqué mardi réclamer "des actes" au groupe pétrolier pour assurer le reclassement des salariés de la raffinerie de Dunkerque, alors que le projet EDF de terminal méthanier sur le site, qui devait créer une cinquantaine d’emplois, a été repoussé sine die.

Dans une lettre adressée lundi au ministre de l’Industrie Christian Estrosi, le syndicat estime que "les faits sont là : les engagements ne sont tenus ni du côté du groupe Total ni du côté d’EDF".

M. Estrosi reçoit mardi après-midi les dirigeants de Total et d’EDF pour évoquer l’avenir de la raffinerie de Dunkerque, qui emploie 380 salariés et quelque 400 sous-traitants et dont la fermeture a été décidée par Total qui s’est engagé à ne licencier personne.

EDF a annoncé jeudi dernier reporter sa décision d’investir ou pas dans un terminal méthanier à Dunkerque, sans donner de nouveau calendrier.
En pleine polémique sur la fermeture de la raffinerie en mars dernier, EDF et Total avaient annoncé un partenariat pour l’installation d’un terminal méthanier à Dunkerque.

Ce projet lancé en 2006 et déjà reporté avait suscité beaucoup de scepticisme de la part des syndicats et des élus locaux.

Par ailleurs, la CGT affirme que Total s’est engagé, lors de la table ronde régionale en avril, à "créer l’équivalent de 500 emplois". "Dans quel délai, dans quelle activité ? Mystère", critique le syndicat.
"Même lors du comité central d’entreprise du 17 juin, le groupe Total a été dans l’incapacité d’annoncer le moindre embryon de projet", affirme la CGT.

Le projet de reconversion annoncé par Total en mars comprend un centre d’assistance technique aux opérations de raffinage (180 personnes), un centre de formation (25 personnes) et un dépôt logistique (15 personnes).

En outre, 80 postes seront proposés aux salariés dans d’autres raffineries du groupe, 30 dans d’autres structures de Total et 20 personnes pourront bénéficier d’une "fin de carrière anticipée".

Enfin, Total étudiait avec des partenaires le maintien sur le site d’une unité de biocarburants et l’installation d’un pilote pour biocarburants de seconde génération, représentant à eux deux 30 emplois.

Un comité central d’entreprise a clos le 17 juin la procédure d’information et de consultation des représentants des personnels au sujet de la fermeture de la raffinerie de Dunkerque.

Le démontage progressif des unités pourrait durer jusqu’en 2013.

Le Parisien le 29/06/2010

Répondre à cet article