Meadwestvaco : rassemblement jeudi 10 juin devant la préfecture de Châteauroux

Mercredi 9 juin 2010, par nico // Meadwestvaco

Bonjour à tous,

Les syndicats de MEADWESTVACO Emballage de Châteauroux lancent un appel à la mobilisation générale et à manifester devant la Préfecture de
l’Indre "place de la Préfecture" jeudi 10 juin au matin, lors de la
réunion qui a lieu entre le Préfet et notre Direction.
Notre combat pour sauver nos emplois n’est pas entendu par notre
direction qui nous emmène inexorablement vers le fermeture, nous
appelons à l’aide l’ensemble de la population pour stopper les
destructions d’emplois sur CHATEAUROUX ( 3200 emplois perdus en 18 mois dans notre département !)
Les patrons aujourd’hui se dégagent de leurs responsabilité et
considèrent qu’en donnant une indemnité "éphémère", ils réparent le
préjudice d’un emploi perdu !

Rendez vous est donc pris à heures 8h15 avec les salariés de toutes les
entreprises d’ici ou d’ailleurs, population, afin de protester contre
les licenciements boursiers, le mépris du patronnât qui se sert du
prétexte de la crise pour augmenter leurs bénéfices en licenciant, et
montrer notre détermination à faire en sorte que la loi change en
faisant payer aux patrons voyous le prix de leurs méfaits, pour qu’ils
ne puissent pas augmenter leurs bénéfices par des "licenciements boursiers".

Venez nombreux vous battre à nos cotés pour défendre les emplois dans
l’INDRE, comme dans toute la France !

Les syndicats MEADWESTVACO Emballage.


C’est un scandale ! Des salariés floués par leurs «  patrons voyous  »

La direction de la filiale castelroussine 
de Meadwestvaco liquide son usine avant de prendre la fuite.

À Châteauroux, les patrons de la filiale de la multinationale Meadwestvaco Emballage ne s’embarrassent même plus de la procédure légale pour mettre leurs employés à la porte. Mercredi, la direction des ressources humaines a annoncé la fermeture pure et simple de l’usine, en se passant des avis du comité d’entreprise et du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), qui ne se sont donc pas prononcés sur la question. La direction s’est ainsi octroyé la liberté de disposer du sort de ses salariés, sans même prendre la peine de mener à son terme la consultation obligatoire des instances qualifiées. Après cette annonce, dans un élan de lâcheté manifeste, les membres de la direction se sont littéralement enfuis par une porte dérobée pour échapper à la colère des travailleurs. Ces derniers, cordialement priés de « rester chez eux », sont bien décidés à faire entendre leur mécontentement. Depuis l’annonce de la fermeture, ils occupent l’usine et gardent les machines, en attendant de pied ferme que leurs employeurs osent intervenir pour les en déposséder.

Cette fermeture est un nouvel affront pour les employés de Meadwestvaco, qui subissent des opérations de dégraissage depuis décembre 2008. Les 142 derniers salariés, sur le carreau depuis mercredi, étaient les rescapés d’une équipe qui comptait à l’origine 265 personnes, progressivement évincées au gré des plans de restructuration successifs. L’indignation et l’incompréhension du personnel sont d’autant plus grandes que, comme le confirme le délégué CGT Thierry Jambu, « l’entreprise n’est absolument pas en situation de crise »  : la multinationale a réalisé, pour l’année 2009, plus de 700 millions d’euros de bénéfices  ! Ces licenciements à répétition ne sont donc même pas justifiés par un quelconque impératif économique. José Loureiro, délégué de la CFDT, ajoute que le « carnet de commandes est plein » et accuse le PDG de l’entreprise de procéder à des « licenciements boursiers » directement profitables aux actionnaires, et de chercher à tout prix à réduire les « coûts directs de production ».

Les autorités politiques régionales et départementales n’ont de leur côté toujours pas pris position dans ce conflit. Les délégués des quatre organisations syndicales (CGT, CFDT, CGC et FO) seront reçus ce mardi par le préfet de l’Indre, dont ils attendent qu’il prenne ses responsabilités et s’emploie à ramener la direction de Meadwestvaco à la table des négociations.

En attendant, les représentants du personnel de l’entreprise ont fait appel, lors de la conférence de presse du 3 juin dernier, à l’appui solidaire de la population contre ces « patrons voyous qui volent [les] emplois ».

l’humanité le 08/06/2010

info portfolio

Répondre à cet article