Sombres perspectives pour Technicolor

Dimanche 25 avril 2010, par nico // Technicolor (Thomson)

Thomson est devenu Technicolor, mais la société française de technologie n’a pas pour autant renoué avec les bonnes nouvelles. Jeudi 22 avril, elle a publié un chiffre d’affaires pour le premier trimestre en chute sévère.

Sur le périmètre que la société souhaite conserver, les ventes ont chuté de 24,4 %, à 691 millions d’euros. Les marchés ont sanctionné le titre. En cinq séances, il s’est replié de 5,12 %, à 1,037 euro, soit une des plus fortes baisses de la cote.
La division Connect qui produit les décodeurs est la plus touchée en ce début d’année, avec une chute de 35,8 %, à 237 millions d’euros. Le chiffre d’affaires des activités de Services Entertainment, duplication de DVD et services aux médias, a lui baissé de 12 %.

Technicolor n’a pas livré les chiffres des trois activités qu’elle a mises en vente depuis des mois et qui devaient être cédées avant la fin 2010 - celle de diffusion et de transmission Grass Valley, la régie publicitaire de cinéma Screenvision et le réseau de diffusion de vidéos dans les magasins PRN.

Dans un communiqué, la société invoque "d’importantes incertitudes concernant le calendrier et le montant du produit de ces cessions". Elle précise que cette situation pourrait la conduire à devoir rembourser des disposal proceeds notes (DPN), des créances gagées sur le produit des cessions, en actions. Elle ajoute également que des discussions avec un possible repreneur de Sreenvision US ont été rompues.

Sur le terrain, la tension monte chez les salariés de Grass Valley, depuis que Technicolor a annoncé, fin mars, un plan social touchant 625 salariés, soit un quart des effectifs dans le monde. Près de 327 emplois devraient être supprimés en France, dont 182 à Rennes, mais les sites de Brest et de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) sont aussi concernés. "Nous sommes prêts à tout détruire. Nous n’avons plus rien à perdre", a menacé Jean-Pierre Ottavi, secrétaire du comité de groupe européen.

le Monde le 25/04/2010

Répondre à cet article