Un accord trouvé chez Sodimatex

Mercredi 14 avril 2010, par nico // Sodimatex

Après des semaines de conflit, un accord sur les primes de licenciement a été trouvé mardi soir entre la direction et les délégués syndicaux de l’usine Sodimatex de Crépy-en-Valois (Oise). Les salariés ont accepté, sans enthousiasme, les propositions du groupe Trèves, propriétaire de l’entreprise.

10 000, 20 000 ou 22 000 euros ?

Le flou demeure sur les chiffres de l’accord : le ministère de l’Industrie parle d’un « financement à hauteur de 51 000 euros en moyenne pour chaque salarié en fonction de son ancienneté, dont 22 000 euros au-delà des indemnités prévues par la loi ».

Des chiffres contestés par les salariés : « Je ne sais pas d’où il les a sortis, mais c’est pas ça », a expliqué dans la soirée Patrick Testard, délégué CFDT. L’avocate des salariés, Me Caroline Substelny, a quant à elle évoqué le chiffre de 20 000 euros de prime extra-légales, dont la moitié figurait déjà dans un précédent accord. Les salariés ont donc obtenu mardi une « indemnisation du préjudice supplémentaire de 10 000 » euros, selon l’avocate, ainsi qu’une prolongation de leur congé de reclassement et des formations accrues.

L’usine pourrait fermer très rapidement

A la suite de cet accord, il se pourrait que l’usine de Crépy-en-Valois, qui employait 92 personnes, ferme très rapidement, peut-être « dès la fin de la semaine », indiquait mardi soir un salarié, à la fois content que tout se termine, mais déçu d’avoir cédé.

Le 1er avril dernier, les salariés de cet équipementier automobile avaient menacé de faire exploser une citerne de gaz, s’ils n’obtenaient pas l’ouverture de nouvelles négociations sur leurs indemnités de licenciement.

le parisien le 14/04/10

Répondre à cet article