SNCF : grève reconduite à Marseille et Lyon

Jeudi 15 avril 2010, par nico // SNCF

Les conducteurs et les contrôleurs SNCF ont décidé jeudi en assemblées générales de reconduire le mouvement à Marseille et Lyon, au 9e jour de la grève à l’appel de la CGT et de Sud-Rail sur les réorganisations dans l’entreprise, les conditions de travail et l’emploi.

Dans la cité phocéenne, les conducteurs, parmi lesquels Sud-Rail est majoritaire, ont reconduit la grève, a déclaré à l’AFP Joël Nodin, responsable régional du syndicat.
Le mouvement est également reconduit chez les contrôleurs. 86 ont voté pour la poursuite, 33 se prononçant pour la suspension", selon André Liminana, délégué CGT régional.

La CGT avait annoncé mercredi avoir obtenu de la direction régionale Provence Alpes Côte d’Azur (Paca) de la SNCF "une série d’engagements non négligeables répondant à nos revendications" avec l’ouverture de négociations. "Oui, il y a eu des ouvertures de la part de la direction régionale, mais on a un tel contentieux, un tel doute sur le dialogue social", a expliqué M. Liminana à l’issue du vote.

Interrogé sur les conséquences de la grève sur le chassé-croisé des vacances scolaires de printemps le week-end prochain, le syndicaliste a rejeté la responsabilité sur le président de la SNCF Guillaume Pepy : "d’ores et déjà Pepy a fait une croix sur le week-end, c’est son jeu. C’est lui qui prend ce week-end les usagers en otage".

A Lyon, le mouvement a aussi été reconduit, de même qu’à Chambéry, Dijon et Clermont-Ferrand, a-t-on appris auprès de responsables CGT. Dans la région de Lyon, le nombre de grévistes est en hausse, selon le syndicat (82% de contrôleurs et 62% de conducteurs). A Lyon et Dijon, des discussions "accrues" sont en cours au niveau local, mais il n’y a pas de négociations à proprement parler, a souligné la direction.

A Chambéry, une manifestation est prévue vendredi, a indiqué la CGT, tandis qu’à Clermont, près de 200 cheminots s’étaient rassemblés jeudi autour la direction régionale, où une délégation intersyndicale a été reçue.

AFP le 15/04/10


Carcassone : la grève se prolonge aujourd’hui


« Il y avait une crainte d’effritement mais au contraire le mouvement à tendance à se renforcer », note Mickaël Riffaut, du syndicat CGT. « On sait qu’il y a des choses à négocier mais c’est bloqué par des directives gouvernementales », rajoute-t-il.

Hier, les grévistes se sont rendus à Montpellier à leur direction régionale. Le mouvement est assez suivi par les agents de conduite (60 %), les contrôleurs de trains (78 %) et moindre à l’exploitation (entre 30 et 50 %). Mickaël Riffaut rajoute que ce sont des chiffres de la direction régionale et que « probablement, les agents d’accompagnement des trains sont dans le mouvement à plus de 90 %. Car il y a une certaine détermination des cheminots en Languedoc-Roussillon ».

Les prochaines assemblées générales auront lieu cet après midi à 17 heures par service. Mais ce matin à 9 h 30 en gare SNCF à Narbonne, les représentants du personnel annoncent une manifestation qui fera date et qui surprendra. Le rendez-vous est donc donné.

la dépêche


Montpellier : des cheminots manifestent


Quelques centaines de cheminots ont manifesté devant la direction régionale de la SNCF aujourd’huà Montpellier, au huitième jour d’une grève nationale qui perturbe le trafic.
Des cheminots étaient venus de tous les sites de la région, dont Alès, Nîmes, Perpignan, Narbonne ou Montpellier, et se sont regroupés devant le bâtiment, dont le rideau de fer avait été baissé.

Une délégation composée de représentants de la CGT et de Sud-Rail a été reçue par la direction mais les discussions ont tourné court, cette dernière exigeant, selon la CGT, la suspension du mouvement de grève, conformément à l’attitude adoptée au niveau national par la direction générale de la SNCF.

La direction régionale est prête "à négocier dès qu’on aura suspendu le mouvement" de grève, a lancé au micro, à l’issue de la réunion, le représentant de la CGT, Thierry Desbruères. Cette condition a provoqué les huées des cheminots qui doivent se retrouver sur l’ensemble des sites dans la soirée à l’occasion d’assemblées générales.
"On est dans une situation de blocage, a poursuivi M. Desbruères. On a mis en garde la direction sur une radicalisation du mouvement. Pour ce qui concerne les organisations syndicales, on demande à tenir les piquets de grève et à élargir le mouvement jusqu’à ce qu’on fasse plier la direction de l’entreprise", a-t-il dit.
Pour le représentant de la CGT, la position de la direction "est une posture idéologique. Ils ont engagé un bras de fer avec les cheminots mais les cheminots sont déterminés".

Les grévistes protestent contre la réorganisation de leur entreprise, "la casse du fret", et pour des questions liées à l’emploi et aux salaires.

AFP le 14/04/10

Répondre à cet article