Corbeil-Essonnes : un patron séquestré

Jeudi 18 février 2010, par cclpv // Hélio

Des salariés d’une imprimerie de la région parisienne séquestrent leur patron depuis ce matin pour protester contre un plan de licenciements, adoptant une méthode utilisée à plusieurs reprises ces derniers mois en France.

Une soixantaine de salariés de l’imprimerie Hélio-Corbeil, à Corbeil-Essonnes, retiennent Yvan Lesniak, président de Circle-Printers France, société propriétaire du site, a indiqué le syndicat majoritaire en France CGT. Cette action fait suite à l’annonce d’un plan de licenciements de 55 salariés sur un total de 140 travaillant à l’imprimerie. Les salariés réclament un "moratoire sur le plan de licenciements", a indiqué un responsable de la CGT Marc Roumejon.

Ils demandent aussi que l’hebdomadaire TV Magazine du groupe de presse Le Figaro soit à nouveau imprimé à Hélio-Corbeil et non plus à Charleroi, en Belgique, comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, a-t-il dit.

JPEG - 43.8 ko

Ce mouvement fait suite à une vague de séquestrations de dirigeants ou de cadres d’entreprises qui a eu lieu en France en 2009 et a touché des entreprises françaises et étrangères comme le fabricant de pneus allemand Continental ou le constructeur américain d’engins de chantier Caterpillar.

AFP - 17/02/2010


Hélio Corbeil : les salariés libèrent les dirigeants séquestrés

Les deux dirigeants de l’imprimerie Hélio-Corbeil de Corbeil-Essonnes (Essonne) et le consultant extérieur, retenus par les salariés depuis mercredi vers 10h30, ont été libérés mercredi vers 17h15, après que la date d’une réunion tripartite ait été fixée, a-t-on appris auprès de la CGT.

« Nous avons obtenu une réunion tripartite avec la Socpresse, représentée par Jean-Pierre Bechter (administrateur et maire UMP de Corbeil-Essonnes), Francis Morel pour Le Figaro (directeur général du groupe), et les actionnaires de Circle-Printers avec Yvan Lesniak, président de Circle-Printers France, propriétaires du site, a indiqué Marc Roumejon, secrétaire général de la CGT 91.
La réunion aura lieu lundi matin, dans les locaux d’un cabinet de consultants, à Paris.

Les salariés veulent un moratoire sur le plan de licenciement

« Nous exigerons un moratoire sur le plan de licenciements pendant la période de négociations qui démarre lundi, le maintien de la charge de travail à Hélio-Corbeil et un plan de charges à long terme pour sortir de cette situation financière dans laquelle nous ont mis les éditeurs et les imprimeurs », a ajouté Marc Roumejon. Mercredi matin, à l’issue d’un comité d’entreprise extraordinaire pendant lequel un plan de licenciements de 55 personnes avait été annoncé, deux dirigeants de l’entreprise et un consultant extérieur avaient été retenus par les salariés.

Dans un communiqué, mercredi, le Syndicat général du Livre et de la Communication écrite (FILPAC) CGT, qui soutient le mouvement, estime que « la région Île-de-France, première consommatrice d’imprimés, doit conserver et développer les outils industriels permettant la production des biens au plus près de leur lieu de consommation, tant dans un souci de logique économique que de développement durable ».

Le site Hélio-Corbeil, imprimerie de labeur par opposition aux imprimeries de presse, appartient au groupe Circle-Printers. Sur ses rotatives sont imprimés plusieurs titres magazines de la Socpresse, éditeur du Figaro, contrôlé par l’industriel Serge Dassault, ancien maire (UMP) de Corbeil-Essonnes. La Socpresse représente 56% du chiffre d’affaires de ce site qui emploie près de 140 salariés, selon les syndicats.

Leparisien.fr avec l’AFP