STX à Lorient : la direction confirme la supression de 47 postes

Lundi 24 novembre 2014, par lohann // STX

Une soixantaine de salariés ont débrayé en masse ce lundi matin, alors que se tenait un comité d’entreprise extraordinaire. La direction a confirmé son intention de supprimer 47 postes.

Après le choc, la colère et la mobilisation. Une soixantaine de salariés de STX à Lanester a débrayé ce lundi matin sur le site du Rohu. La semaine dernière, on apprenait que 47 postes, sur les 94 que compte le site, allaient être supprimés. Une décision qui a été entérinée par le Comité central d’Entreprise, moyennant des aménagements.

Un "accord de méthode" a été passé qui permet d’allonger le calendrier prévu pour ce plan social. Les syndicats ent"endent bien proposer également un plan alternatif pour le maintien des emplois.

Selon les syndicats, avec les autres sous-traitants, 250 familles seraient touchées par ce plan social dans la région. Et à terme, c’est vers la fin pure et simple du chantier à Lanester, selon eux, car avec 47 salariés, l’activité ne serait pas viable très longtemps.

Seul espoir, à court terme, un appel d’offre du Conseil général du Morbihan, pour lequel le chantier a répondu. "Qu’on attende au moins la réponse de cet appel d’offre avant de licencier des gens" s’insurge un responsable syndical.

Autre soucis, l’installation prochaine d’un site des chantiers Piriou à Lorient. Un concurrent potentiel pour la construction de ce roulier pour l’île de Groix, commandé par le Conseil général. la commande du roulier de l’île de Groix.

A Lanester, le chantier naval STX tente depuis de longs mois de sortir la tête de l’eau. Faute d’un carnet commandes suffisant, des mesures de chômage partiel avaient été mises en oeuvre dès l’été 2012.

Dans l’attente des cheminées du paquebot construit à Saint-Nazaire, seul le patrouilleur pour le Sénégal, commandé par Raido Marine occupe, pour l’heure, une quinzaine de salariés. La livraison est programmée pour janvier 2015.

Le 24 Novembre 2014 - France 3 Bretagne

Répondre à cet article