STX : débrayage ce mardi matin après l’annonce de 50 licenciements

Mardi 18 novembre 2014, par lohann // STX

Les représentants du personnel du constructeur naval STX l’ont appris ce lundi, un CE extraordinaire est prévu le 24 novembre prochain, avec à l’ordre du jour, l’annonce de 50 licenciements sur son site de Lanester. Ce mardi, à 10 heures, les salariés ont cessé le travail.

Après avoir appris la prochaine suppression de 50 des 97 emplois sur le site de Lanester, le personnel présent ce matin a décidé de débrayer ce matin. Un mouvement spontané de salariés qui ne s’attendaient pas à une mesure aussi brutale même si chacun était bien conscient que l’activité tournait au ralenti depuis plusieurs années.

Un plan de charge de quelques mois

Un patrouilleur pour le Sénégal avec une livraison prévue pour le début de l’année 2015 et la construction de deux cheminées pour un paquebot devraient donner au chantier du travail jusqu’au mois d’avril 2015. Ensuite plus rien, après la décision du Conseil Général de reporter l’appel d’offre d’un nouveau bateau pour Groix et Pascal Le Mentec, délégué CGT s’interroge : "Les autres chantiers tournent à plein régime, mais pas nous. Pourtant, on n’est pas plus cher qu’eux. C’est vrai, nous avons perdu beaucoup d’argent pendant quatre ans mais après avoir été recapitalisé, cette année les chiffres sont à l’équilibre. On peut dégager des bénéfices".

Pour la CGT un autre plan est possible

Les détails du plan social seront officiellement présentés par la direction le 24 novembre lors d’un comité d’entreprise extraordinaire en présence du PDG Laurent Castaing présent sur le site ce matin et des représentants du personnels pour qui disent-ils un autre projet est possible. "Nous allons très rapidement rencontrer en expert et faire une contreproposition où il sera possible de maintenir les emplois. Si on se séparer de la moitié des salariés, on ne pourra plus construire de navire en entier, on va perdre toute la valeur ajoutée et s’en sera fini de STX à Lanester."

Le site va-t-il fermer ou être vendu ?

Derrière ce plan, c’est donc la fermeture du site que craignent les salariés. Ou bien sa vente. Selon Pascal Le Mentec, les chantiers Piriou à Concarneau seraient intéressés. "Nous avons rencontré le PDG, Pascal Piriou dans le bureau du député de Lorient au mois de novembre 2013 qui nous a dit clairement qu’il voulait nous racheter. Mais selon la direction de STX, il n’y a jamais eu de demande officielle."

Le 18 Novembre 2014 - France 3 Bretagne

Répondre à cet article