Lannion. AEG en redressement : « Une bagarre gagnée »

Jeudi 16 janvier 2014, par lohann // AEG

Le sort du fabricant de convertisseurs électriques était de nouveau entre les mains du tribunal de commerce. Il a choisi mardi la solution du redressement judiciaire pour une période de six mois.

Le groupe propriétaire d’AEG power solutions a finalement donné de ses nouvelles, mardi. C’était pour signifier aux représentants des salariés siégeant au comité d’entreprise qu’une nouvelle demande de liquidation judiciaire allait être faite au tribunal de commerce de Saint-Brieuc. Après le rejet de ce même tribunal d’une première demande, le 8 janvier, le groupe avait pris soin d’ajouter une demande de mise en redressement. C’est l’option qu’a choisie le tribunal mercredi.

« Nous allons continuer à nous battre »

Ce redressement pour une durée de six mois a été accueilli par des clameurs par les salariés qui l’ont appris en début d’après-midi, devant le site d’Alcatel-Lucent où ils s’étaient réunis pour un débrayage.

Dominique Manet, le directeur du site, quitte ses fonctions, un départ souligné avec plus que de la satisfaction par des salariés. Le mandataire nommé gérera le site pendant la période de redressement. C’est une sortie de crise pour l’entreprise qui continuait sa production sans consigne du groupe dont elle dépend.

« Nos patrons sont des voyous, nous valons bien plus qu’eux. Le personnel fait tous les jours son maximum pour servir ses clients et faire fonctionner l’entreprise malgré le sabotage qui a été organisé. La capacité d’analyse, la solidarité et la remarquable cohésion du personnel ont permis de faire obstacle à cette attaque et à la destruction de notre entreprise et de nos emplois. On a gagné deux bagarres en deux semaines. Nous sommes encore plus déterminés que jamais et allons continuer à nous battre », a déclaré Pol Le Pivaingt lorsqu’il a présenté la situation de l’entreprise devant les salariés d’AEG et d’Alcatel-Lucent réunis. Cette déclaration forte en émotion a suscité de chauds applaudissements.

Si l’annonce de cette volonté de mettre l’entreprise en liquidation judiciaire a paniqué les fournisseurs, clients et sous-traitants d’AEG, elle a paradoxalement donné de l’activité aux salariés pressés par les clients de répondre aux commandes.

Pour certains clients, AEG power solutions est l’unique fournisseur. Cette situation et les compétences d’un personnel manifestement revigoré dans l’épreuve faciliteront la tâche du mandataire. Le soutien du commissaire au redressement productif en fin de semaine dernière est un atout supplémentaire, tout comme l’investissement de la députée, du maire de Lannion et du président de l’agglomération.

Les salariés n’espèrent pas le même soutien de la Direccte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), qui les a abandonnés, comme l’a souligné de façon cinglante Pol Le Pivaingt.

« AEG est une entreprise qui dispose d’atouts. Elle a encore toutes les fonctions d’une entreprise viable, de son centre de recherche et développement à son service de distribution, avec ses sous-traitants à l’étranger. Quand on voit combien il est difficile de créer des emplois, il est extrêmement important de garder ceux que l’on a », a déclaré Joël Le Jeune.

Le 15 Janvier 2014 - Ouest France

Répondre à cet article