Corning va restructurer

Mercredi 8 janvier 2014, par lohann // Corning

Une nouvelle alarmante a gâché les fêtes pour les salariés de Corning à Bagneaux-sur-Loing : réunis lundi 23 décembre par le sydicat majoritaire CGT, ils ont appris que la verrerie industrielle envisageait un plan de licenciement avec suppression de 48 postes.

Après la fermeture de Prevent Glass, la série noire continue dans l’industrie verrière à Bagneaux-sur-Loing. Le comité consultatif d’entreprise de Corning SA a été informé le 16 décembre de la suppression d’environ 48 postes envisagée par la direction. Le nombre exact des licenciements et postes supprimés ne sera connu que le 24 janvier, mais le syndicat majoritaire CGT a tenu à réunir les salariés pour les mettre au courant et débattre avec eux des actions souhaitables.

Surprise

La nouvelle a d’autant plus surpris que, jusqu’à présent, la communication de Corning mettait en avant ses produits innovants dans le domaine du verre industriel et ses performances à Bagneaux, comme l’a souligné le conseiller général et maire de la commune Claude Jamet : « On ne s’y attendait pas du tout. La direction m’a informé qu’il s’agira de glissements de postes sans licenciements.

J’ai du mal à comprendre. » Les syndicalistes CGT, eux, sont méfiants. Ils soupçonnent que la mesure vise surtout à augmenter les bénéfices pour les actionnaires. « Corning est une entreprise riche, affirment-ils. Ses derniers résultats sont juste au-dessus de l’équilibre en 2013. La restructuration n’est faite que sur le pognon. » Par ailleurs, signalons le nouveau partenariat entre Corning et Samsung, dans une « joint venture » censée assurer la position dominante des deux entreprises dans leur secteur respectif.

Solidarité

Bagneaux, l’un des plus anciens sites industriels de France créé en 1753, a conservé au fil des siècles une culture verrière forte de valeurs de courage et de solidarité. En témoigne l’intervention d’un actuel salarié de Keraglass, entreprise balnéolitaine dont le capital est détenu par Corning et Saint-Gobain à 50 % chacun. Il s’est levé pour affirmer avec véhémence que tous les verriers devaient rester solidaires dans l’action pour sauvegarder les emplois : « Servez-vous de nous à Keraglass, les gars, tous seuls vous êtes morts ». Ses propos ont été renforcés par les témoignages d’anciens salariés de Prevent Glass venus soutenir leurs camarades et partager leur expérience.

Dans l’attente des explications de la direction le 24 janvier, l’heure n’est pas à la confrontation, mais à la négociation pour obtenir zéro licenciement. Un consensus s’est dégagé en faveur d’actions mesurées et progressives.

Le 8 Janvier 2014 - La République de Seine et Marne

Répondre à cet article