Les deux cadres de Goodyear ont été libérés

Mardi 7 janvier 2014, par lohann // Goodyear

Les deux cadres de l’usine de pneumatiques dans le nord de la France qui étaient retenus depuis près de 30 heures à l’intérieur du site par des salariés ont été libérés mardi après-midi.

Le directeur de production de l’usine, Michel Dheilly, et le directeur des ressources humaines (DRH), Bernard Glesser, qui étaient retenus depuis 10h30 lundi dans une salle de réunion, sont sortis mardi vers 15h30, encadrés par la police. Les deux hommes sont sortis aux cris de « Les voyous, c’est pas nous » scandés par les salariés, au milieu d’une cohue indescriptible.

« Le préfet a chargé la police d’aller récupérer les deux hommes. Refusant ces modes d’action, il appelle direction et syndicats à se retrouver autour d’une table afin de renouer un dialogue constructif », a indiqué la préfecture dans un communiqué. « Le choix c’était (soit) se "friter" avec les CRS (forces de l’ordre), avec risque de prison pour chacun d’entre nous », soit les libérer, a déclaré le leader du syndicat CGT Mickaël Wamen, alors qu’il sortait avec les deux cadres.

M. Wamen a peu après annoncé l’occupation de l’usine comme nouveau moyen de pression sur la direction. « On va négocier l’usine contre notre prime » de départ, a-t-il lancé, lors d’un point-presse improvisé. La CGT, ultra-majoritaire à Amiens-Nord et premier syndicat de France, a multiplié ces derniers mois les procédures judiciaires pour faire annuler la fermeture de l’usine et les 1 173 suppressions de postes qu’elle risque d’entraîner, sans succès.

Les salariés ont séquestré les deux dirigeants en espérant ainsi renégocier le plan de sauvegarde de l’emploi de la direction, avec l’application d’une version « améliorée » d’un plan de départs volontaires abandonné en 2012. « Notre but n’était pas de les garder une semaine, mais d’avoir un accord avec la préfecture, l’Etat et la direction de Goodyear pour qu’il y ait une réunion », a indiqué un délégué CGT, Mickaël Mallet.

Le 7 janvier 2014 - AFP

Répondre à cet article